Deux poids deux mesures?

Lisa Raitt... (Archives PC)

Agrandir

Lisa Raitt

Archives PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Tribune

Honorable Lisa Raitt, 
Ministre des Transportsdu Canada

L'injonction ministérielle adressée conformément à l'article 33 de la Loi sur la sécurité ferroviaire, émise le 23 avril dernier, soulève bon nombre de questionnements.

Dans un premier temps, cette injonction abaisse la limite de vitesse des trains transportant plus de 20 wagons contenant des matières dangereuses à 50 mi/h (80 km/h), excepté dans les grandes régions métropolitaines, où celle-ci est plutôt fixée à 40 mi/h (64 km/h).

Est-ce à dire que les populations des municipalités des régions, comme Lac-Mégantic, méritent moins que l'on assure leur sécurité que celles des grands centres urbains? Si le choix de restreindre la vitesse à 40 mi/h (64 km/h) est bon dans les agglomérations métropolitaines, pourquoi ne l'est-il pas aussi dans nos villes et villages? Pourquoi utiliser deux poids deux mesures?

Par ailleurs, qu'en est-il des convois qui comptent moins de 20 wagons de matières dangereuses? Constituent-ils réellement un risque moindre?

Dans un deuxième temps, l'injonction oblige l'inspection des chemins de fer où circulent plus de 10 000 wagons de matières dangereuses par année. Ce nombre représente plus de 27 wagons par jour, ce qui constitue tout de même un volume considérable. Sur quelle base cette limite a-t-elle été fixée?

Dès lors que des matières dangereuses circulent sur une voie ferrée, ne devrait-on pas s'assurer que celle-ci respecte le plus haut niveau de sécurité?

De surcroît, compte tenu de la diminution des dépenses fédérales en sécurité ferroviaire (de l'ordre de 20 % depuis 2009), comment veillera-t-on à l'application de ces mesures par les compagnies ferroviaires? Avez-vous prévu les ressources nécessaires pour effectuer adéquatement cette surveillance?

Dans un troisième temps, l'injonction prendra fin le 15 août prochain. Qu'arrivera-t-il après cette date? Une action concrète sera-t-elle prise prochainement? Ou alors cette injonction est-elle simplement une mesure spécifique à la Semaine de la sécurité ferroviaire qui débutera fortuitement quelques jours après l'émission de cette injonction(du 27 avril au 3 mai)?

Il est difficile de croire que cette injonction pourra améliorer le sentiment de sécurité des Canadiens, particulièrement les résidents de Lac-Mégantic.

David Berthiaume

Candidat du Parti libéral du Canada,

Mégantic-L'Érable

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer