André Nault, un écologiste persévérant

André Nault... (Archives La Tribune, René Marquis)

Agrandir

André Nault

Archives La Tribune, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Tribune

Le 19 avril dernier, les Amis de la Terre de l'Estrie (ATE) ont perdu leur porte-parole le plus engagé, André Nault. Depuis plus d'une dizaine d'années, André avait mis ses talents de communicateur au service de l'organisme environnemental estrien. Son principal sujet de préoccupation aura été les OGM, avec en toile de fond l'importance d'une alimentation saine et durable pour tous.

La mise sur pied, en 2006, du Marché de solidarité régionale est venue appuyer concrètement cette conviction, tout en illustrant bien sa manière pragmatique de passer aux actes. Ce legs figure certes parmi les principales réalisations d'André, qui ne ménageait pas ses chaleureuses accolades à ses dévoués bénévoles.

André a puisé une grande partie de sa passion de militant dans le livre-testament du regretté Michel Jurdant, Le défi écologiste, paru peu après sa mort en 1984. Professeur à l'université Laval, Jurdant était membre des Amis de la Terre de Québec, fondés en 1978. Les nombreux dossiers auxquels s'est intéressé André illustrent bien le fait que le mouvement des AT se préoccupe de toutes les questions qui touchent la vie en société.

La charte à l'origine des ATE est datée d'avril 1987, ce qui en fait un des plus anciens groupes écologistes en Estrie. Le formulaire de demande avait été signé par Jean-Pierre Landry et Bruno Landry, ce dernier pionnier d'Éco-Ressources, tous deux professeurs au Cégep, de même que par Richard Gendron, initiateur de l'idée et cégépien. À ses débuts, l'organisme comptera rapidement plusieurs dizaines de membres. Incidemment, un journaliste de l'Agence Science Presse, Roger Riendeau, plus tard coordonnateur au CREE, deviendra un des membres actifs de la première heure. Un bulletin semestriel, le «Socié-Terre» est publié pour garder les membres et le public informés, cela avant l'arrivée d'Internet.

Au fil des années, l'action des ATE a pris de multiples formes. Dès le départ il y eut la formation d'une coalition contre le projet d'implantation d'un réacteur nucléaire au CHUS, la solution étant le cyclotron. La sensibilisation aux substances qui détruisent la couche d'ozone a retenu l'attention jusqu'à l'adoption du Protocole de Montréal entré en vigueur le 1er janvier 1989. Au même moment, l'organisme assurait une présence hebdomadaire à la radio communautaire CFLX avec l'émission Enjeux, consacrée aux questions environnementales et aux grands défis de la société. Des colloques sur l'énergie (1988) et sur la convergence des mouvements coopératifs et écologistes (1991) ont été organisés. Par la distribution de bacs à compost, les ATE ont également contribué à sensibiliser les gens à cette facette cruciale de la gestion des déchets.

Un creux de vague fut surmonté vers 2006 alors qu'André et Pierre Morency ont réactivé les ATE. La diversité des thèmes abordés montre bien qu'il ne s'agit pas d'un organisme strictement environnemental; les préoccupations sont beaucoup plus globales et visent une transformation en profondeur en vue d'obtenir des sociétés écologiquement durables et socialement justes.

Par ses multiples engagements, André Nault a tout à fait épousé cette philosophie. Sa préoccupation pour l'eau des lacs et l'érosion s'inscrivait parfaitement dans le sillage tracé par les artisans du début, dont nous étions. Il prônait l'action locale par le jardinage urbain et des interventions sur le thème de la mobilité durable. Il a donc semé des pousses de courage et pris la défense du plus faible : le piéton d'abord!

Il existe une Fédération internationale des Amis de la Terre qui forme le plus grand réseau écologiste mondial. Fondé en 1971, ce réseau est présent dans 72 pays, compte plus d'un million et demi de membres et plus de 5000 groupes locaux, actifs dans toutes les régions du monde. N'en doutons pas, il faudra encore et toujours des personnes engagées, convaincues et persévérantes dans l'action de proximité. «Tant vaut le village, tant vaut le pays.» André nous a montré le chemin d'une nécessaire intégration des enjeux de la solidarité et de l'écologie.

Pour en savoir davantage sur les réalisations des ATE et du Marché de solidarité au cours des dernières années, on consultera le site de l'organisme. On y trouve notamment une entrevue avec André, laquelle fait en quelque sorte office de testament. (NDLR - Parents et amis rendront un dernier hommage à André Nault vendredi soir et samedi matin à la Coopérative funéraire de l'Estrie au 485 rue du 24-Juin à Sherbrooke.)Bruno Landry,

Jean-Pierre Landry

et Richard Gendron,

Membres fondateurs des ATE

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer