Vague d'assassinats politiques en Ukraine

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Tribune

À la veille de la célébration, le 9 mai, du 70e anniversaire de la victoire soviétique sur l'Allemagne nazie, l'Ukraine connaît une vague grandissante d'assassinats politiques ciblant les détracteurs du régime d'extrême droite de Kiev, soutenu par l'Occident.

Il y a une dizaine de jours, un groupe se faisant appeler l'Armée insurrectionnelle ukrainienne (UPA) - du nom d'une milice fasciste ukrainienne ayant collaboré avec les forces nazies dans les génocides ethniques contre les Juifs et les Polonais pendant la Seconde Guerre mondiale - a revendiqué la responsabilité de ces meurtres.

La tuerie a commencé avec l'assassinat du journaliste Sergey Sukhobok.

L'éditeur de Neteshinskiy Vestnik, Olga Moroz, a elle aussi été tuée.

Ces meurtres étaient les derniers d'une série de morts d'opposants bien en vue du régime de Kiev. Les victimes étaient dans une large mesure des associés politiques et médiatiques de la faction de l'oligarchie ukrainienne liée à l'ex-président Viktor Ianoukovitch.

Même avant ces assassinats, les responsables du régime de Kiev et leurs sympathisants réclamaient des punitions draconiennes contre les journalistes qui s'opposaient au régime. Le mois dernier, le ministre ukrainien de la Politique d'information, Yuri Stets, a exigé que les journalistes de la région séparatiste du Donbass dans l'est de l'Ukraine servent des peines de prison de 8 à 15 ans.

Lors d'un discours à l'Université de Harvard, le commentateur pro-Kiev et analyste politique Yuri Romanenko se vantait qu'il avait plaidé en faveur du meurtre de journalistes prorusses.

(...)Kiev cherche à écraser la dissidence intérieure en s'appuyant de plus en plus directement sur l'extrême droite. En effet, il y a peu de temps il a réhabilité l'UPA et l'Organisation des nationalistes ukrainiens (OUN) qui ont participé avec les nazis à l'extermination des juifs d'Ukraine et des communistes.

(...)Pendant ce temps, le Canada envoie des conseillers militaires pour former les troupes du régime en bonne partie constituées de gens d'extrême droite.

Où sont passés les médias qui gardent le silence sur le meurtre de journalistes, où sont les «Charlie hebdoïstes» pour défendre la liberté d'expression? Est-ce que l'Occident ne pleure que ses journalistes? Pourquoi aidons-nous ce régime antidémocratique?

Yves Lawler

Sherbrooke

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer