• La Tribune > 
  • Opinions 
  • > Consultations publiques : une illusion de participation citoyenne 

Consultations publiques : une illusion de participation citoyenne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Tribune

Le 29 février 2008, le promoteur Raymond Élias faisait l'acquisition d'un terrain adjacent au bois des Deux Ruisseaux pour la somme de 280 000 $, terrain situé en dehors du périmètre urbain.

Devant la menace d'un projet domiciliaire, les Amis du bois des Deux Ruisseaux se sont mobilisés pour sensibiliser la Ville de Sherbrooke à la nécessité de protéger le tiers de ce terrain avant d'accepter un changement de zonage.

Nous avons participé à un grand nombre de consultations publiques : consultation sur le rapport de la table sur les aires écologiques, consultation publique sur le plan directeur des équipements sportifs et récréatifs, conseil d'arrondissement et chantier d'arrondissement du Mont-Bellevue en 2008, conseil municipal accompagné d'une centaine de citoyens avec une pétition de plus de 700 noms (février 2009), conseil municipal (août 2009), conseil municipal (décembre 2014) et pétition en ligne de plus de 1000 signatures. Notre demande a toujours été la même : que la Ville assure la protection du tiers de ce terrain avant d'accepter un changement de zonage.

Malgré nos recommandations et notre très grande participation à ces outils de consultation publique, le terrain du promoteur a été intégré au périmètre urbain en novembre 2014 sans aucune protection préalable. Aujourd'hui la Ville se défend en clamant que le promoteur protégera plus de 10 % de son terrain, mais son projet de lotissement empiète largement sur ce tiers de la forêt alors que nous demandons depuis 2008 que cette partie soit protégée. Même si le promoteur le désirait, il ne pourrait pas construire plus loin étant donné la présence du ruisseau et le relief de l'endroit.

Avec son projet, le promoteur empiètera aussi loin qu'il lui aura été possible sur ce tiers du terrain, détruisant la magie et l'unicité de cet endroit unique. Nous avons travaillé ardemment pour l'intérêt des citoyens d'aujourd'hui et de demain. Un tel projet servira les intérêts du promoteur et de quelques particuliers. Quels intérêts ont poussé les élus à accepter le changement de zonage sans assurer au préalable la protection de ce lieu unique malgré nos nombreuses mises en garde? Et quelle place véritable les citoyens ont-ils au sein des instances de consultation publique et des décisions des élus?

Marc-André Paquette

Les Amis du bois des Deux Ruisseaux

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer