Une mauvaise information qui coûte cher

Durant la semaine précédant la fête de Pâques, j'ai téléphoné au bureau de... (Archives La Tribune, René Marquis)

Agrandir

Archives La Tribune, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La Tribune

Durant la semaine précédant la fête de Pâques, j'ai téléphoné au bureau de l'arrondissement de Jacques-Cartier où Madame Chantal L'Espérance est présidente du conseil d'arrondissement et conseillère du district du domaine Howard, district où je suis résidante depuis quelques mois.

Je voulais m'informer de la date où l'on pourrait se garer dans la rue sans risque d'avoir une contravention durant le jour, car je voulais recevoir ma famille le jour de Pâques et mon unique entrée est située sur la rue du Québec.

Au moment où j'ai appelé, c'est un répondeur téléphonique qui prend mon appel, cependant, quelques minutes plus tard, une personne du bureau de Madame L'Espérance me contacte pour me dire que mes invités pourront se garer sans crainte d'avoir de problème et ce, à partir du 1er avril. Je l'ai fait répéter pour être bien certaine d'avoir bien compris.

Donc, confortée par cette affirmation, j'avise mes invités qu'ils pourront stationner leur auto le dimanche de Pâques pour le dîner et une partie de l'après-midi. Résultat, trois de mes invités reçoivent une contravention pour stationnement interdit sur la rue du Québec. C'est le dimanche de Pâques, jour où la plupart des commerces sont fermés, toute la neige est fondue, car le soleil brille de tous ses feux.

Inutile de vous dire que je suis en « beau joual vert » pour ne pas dire autre chose, surtout avoir reçu confirmation de mon bon droit de la part de gens qui travaillent pour la Ville et qui, en principe, sont censés connaître les lois et règlements municipaux. À qui peut-on se fier si les élus municipaux qui font les règlements de cette Ville ne peuvent nous donner une information adéquate, il en est de même pour leur personnel qui les représentent auprès de la population.

En tous cas, ça fera des $$$ de plus pour se faire passer un beau « sapin » de Noël qui coûte une petite fortune aux payeurs de taxes, année après année.

Madeleine Lavoie

Une résidante mécontente d'avoir reçu

une très mauvaise information de la part

d'une employée de la Ville payée par la population

Sherbrooke

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer