• La Tribune > 
  • Opinions 
  • > Le CHUS : un exemple en matière d'intégration des immigrants 

Le CHUS : un exemple en matière d'intégration des immigrants

Dans La Tribune du samedi 21 mars, nous pouvions lire l'article Rétention des... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Tribune

Dans La Tribune du samedi 21 mars, nous pouvions lire l'article Rétention des immigrants :l'Estrie parmi les pires régions au Québec. En tant qu'ancien immigrant reçu et établi en Estrie depuis 20 ans, j'aimerais apporter un autre point de vue sur le sujet.

Depuis le premier jour où ma famille et moi avons mis les pieds en Estrie, différents organismes gouvernementaux et paragouvernementaux tels que le ministère de l'Immigration du Québec et celui-ci du Canada, le Centre d'orientation et formation d'immigrants (COFI), le Centre Saint-Michel, etc., se sont mobilisés pour nous donner notre chance. Nous avons eu un soutien exceptionnel pour étudier ou commencer à travailler, selon notre choix. Après mes études, j'ai travaillé pour une entreprise privée comme vice-président des opérations et je suis maintenant à l'emploi du réputé Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CHUS) depuis plus de cinq ans.

(...) Un autre exemple probant : le service des achats du CHUS. Trois acheteurs, une technicienne, deux professionnels et un cadre, donc 7 personnes sur 21, soit 33 %, sont d'origine étrangère dans ce service. Ce taux dépasse significativement les moyennes québécoise et canadienne.

Ces employés ont tous des parcours hors du commun. Bien que certains soient installés en Estrie depuis une vingtaine d'années, plusieurs ne parlaient pas français lors de leur arrivée au Québec, leurs diplômes n'étaient pas reconnus et ils n'avaient pas d'emploi. Aujourd'hui, ils sont membres d'une équipe qui s'est distinguée au Québec et au Canada par l'obtention récente du prestigieux prix américain « 2014 Achievement of Excellence in Procurement - Award » du National Procurement Institute.

Pour ces raisons, je voudrais doser l'affirmation « que les employeurs en Estrie ne sont pas prêts à engager les immigrants. »

En conclusion, cette histoire de nombreux immigrants au CHUS et ailleurs témoigne de deux facettes de la réalité sociétale. D'une part, les immigrants démontrent une capacité exemplaire d'adaptation. D'autre part, les Québécois et les Québécoises de souche ont des qualités extraordinaires d'acceptation et d'accueil envers les autres cultures.

Nous devrions tous en être fiers!

Koce Kolev, BAA, MBA

Coordonnateur du Service des achats au CHUS

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer