• La Tribune > 
  • Opinions 
  • > Pour répondre à Leitao : la grève sociale le 1er mai 2015 

Pour répondre à Leitao : la grève sociale le 1er mai 2015

Carlos Leitao... (La Presse Canadienne)

Agrandir

Carlos Leitao

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La Tribune

On ne compte plus les analyses d'économistes chevronnés qui démontrent que l'austérité est une politique économique inefficace, voire délétère, si l'objectif est la création d'une société prospère et équitable. Celles et ceux qui travaillent dans le secteur public constatent quotidiennement les effets néfastes des compressions à répétition. Il est de plus en plus difficile d'avoir accès à des services publics de qualité. Ce sont bien entendu les citoyennes et les citoyens les plus vulnérables qui écopent : les élèves, les étudiantes et les étudiants, les femmes et les personnes aînées. Ce sont ceux qui sont le moins en mesure de se défendre en raison de la précarité de leur quotidien qui voient leur futur s'assombrir encore un peu plus.

Si l'on examine le cas du Cégep de Sherbrooke, le budget Leitao déposé hier annonce des jours très sombres. Depuis 2010, les réductions s'élèvent à près de 3 millions $. En 2014-2015, la coupe budgétaire récurrente imposée par le gouvernement Couillard était de 900 000 $. On apprend maintenant que le Cégep doit absorber une autre compression d'environ 1 million en 2015-2016. Les mois qui viennent annoncent une dégradation accrue des services offerts aux étudiantes et aux étudiants. C'est également des suppressions d'emplois pour des Estriennes et des Estriens.

Que faire lorsqu'on fait face à un gouvernement qui a été élu sur la base de faux engagements et qui a constamment recours à la désinformation? Que faire lorsqu'on fait face à un gouvernement qui refuse de considérer l'avis des plus grands experts dans le domaine de la macroéconomie? Que faire lorsqu'on fait face à un gouvernement qui refuse de mettre en place des alternatives fiscales permettant d'accroitre les revenus de l'État sans pour autant pénaliser les plus démunis et la classe moyenne? Que faire lorsqu'on fait face à un gouvernement qui préfère engranger des surplus sur le dos des gens les plus vulnérables du Québec? Que faire lorsque ceux qui nous gouvernent pensent au futur de leur classe plutôt qu'à notre futur collectif?

Nous, les enseignantes et les enseignants du Cégep de Sherbrooke, serons toujours présents pour discuter et expliquer. C'est l'essence même de notre vocation. Nous croyons cependant que la gravité de la situation actuelle exige que nous ayons recours à un autre mode d'action. Nous avons choisi la grève sociale le 1er mai 2015.

Le 1er mai 2015, nous voulons être dans la rue avec tous les autres groupes qui luttent contre le démantèlement de l'État québécois. Les acteurs de tous les milieux qui refusent de rester les bras croisés alors que les libéraux font leur travail de destruction doivent former une alliance historique. Les étudiantes et les étudiants sont déjà en marche. Il ne nous reste qu'à emboiter le pas. Donnons-nous rendez-vous le 1er mai 2015!

Steve McKay

Président du SPECS

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer