Une autre lecture des compteurs

Les compteurs ne tournent pas rond pour Hydro-Québec ces dernières semaines...... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Tribune

Les compteurs ne tournent pas rond pour Hydro-Québec ces dernières semaines... Démission subite du directeur du déploiement des compteurs intelligents, cas signalés de surfacturation, incendies où la société d'État enlève ces compteurs avant que les services d'incendie puissent faire enquête... Sans oublier les nombreuses difficultés avec les services téléphoniques pour l'option de retrait, un problème généralisé et dénoncé par l'ACEF Estrie dans ces pages.

L'aspect santé continue de nous préoccuper. Si les compteurs intelligents sont inoffensifs, pourquoi ne donne-t-on pas les vrais chiffres des pointes d'émissions d'ondes? Ces chiffres, ceux du Centre de recherches industrielles du Québec, Hydro-Québec les utilise pour calculer une moyenne 1000 fois plus basse prenant en compte les temps morts de 30 secondes entre les pointes très élevées qui elles, ne durent que quelques millièmes de seconde. Or, le corps ressent les pointes, pas une moyenne. Et la norme de Santé Canada sur laquelle Hydro-Québec se fonde est établie pour une exposition de 6 minutes seulement, alors que les compteurs émettent 24 h sur 24.

Cette norme est la pire au monde, ex aequo avec celle des États-Unis. Un rapport a été déposé à la Régie de l'énergie en 2012, regroupant 100 témoignages de personnes devenues malades par exposition aux compteurs à radiofréquences (RF), souvent à leur insu (compteurs de première génération, installés sans autorisation depuis 2006).

Il est toujours temps de refuser ces compteurs ou de les faire retirer en payant 85 $ pour l'installation d'un compteur non communicant. Si vous avez déjà un compteur RF de première génération (Itron CISR), vous pouvez le faire remplacer. Ce modèle est aussi celui installé présentement par Hydro-Sherbrooke. Les deux modèles de compteurs ne détiennent aucun certificat de sécurité. Et les deux modèles, CISR et intelligents, ont engendré des cas d'électro-sensibilité.

Comme on a pu le voir à l'émission La Facture du 24 février dernier, l'hypersensibilité environnementale est un problème de santé bien réel, reconnu par la Commission des droits de la personne.

Jean-Claude Morin

Jacinthe Ouellet

Le comité Magog Refuse

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer