Une coquille vide

Serge Paquin... (Archives La Tribune, Jessica Garneau)

Agrandir

Serge Paquin

Archives La Tribune, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Tribune

Nos élus nous ont annoncé la semaine dernière l'apocalypse financière de la Ville de Sherbrooke et la nécessité d'adopter d'ici 2017 un plan d'optimisation, sinon beaucoup d'emplois seront abolis et les services aux citoyens seront encore réduits.

Pourquoi se réveillent-ils soudainement alors qu'une tendance à l'explosion de nos finances municipales est déjà connue? Par pur opportunisme politique à la veille de négociations avec tous les employés municipaux? J'en suis! (...).

Notre maire, catastrophé, aurait déclaré : «Nous allons "pooler" les secrétaires s'il le faut.» Je ne me prononce pas sur cette expression misogyne. Je ne comprends pas que le président du comité exécutif, Serge Paquin, affirme sans sourire que «nous n'avons pas choisi la conjoncture». Bien sûr, M. Paquin, c'est elle qui vous a choisi! Mon père me lançait lorsque je racontais n'importe quoi : «Va le dire aux pompiers, y vont t'arroser». Je vous conseille donc de raffiner votre approche avant de vous présenter devant l'exécutif des pompiers pour négocier... ils ont de très gros boyaux!

Rarement le maire consent à voir les employés municipaux (...). De même, il n'est pas président du conseil municipal, ni au surplus, ne préside le comité exécutif. Il est le seul maire au Québec, le seul, à ne pas assumer ces deux fonctions pourtant primordiales en démocratie municipale. Son chapeau principal serait alors son rôle de chef du Renouveau sherbrookois (RS). Et pourtant!

Il est un secret de polichinelle que les autorités provinciales examinent depuis janvier dernier le respect par le RS de la Loi sur les élections et les référendums dans les municipalités, en vue du renouvellement de l'autorisation de ce parti.

Le RS aurait une permanence déficiente, sinon quasi inexistante. Pour ce qui est des contacts que des citoyens voudraient avoir avec le parti, cela est impossible!

Le principe de la participation citoyenne à Sherbrooke serait déficient. Or, le RS fonctionne sans membres. Nos politiciens qui «contrôlent» Sherbrooke de concert avec leurs amis promoteurs immobiliers, contributeurs officiels ou officieux, ne veulent pas de membres. C'est emmerdant pour eux les membres et les citoyens qui posent des questions. Ce parti politique municipal est une coquille vide, un club privé, qui utilise la Loi à son seul bénéfice.

Pierre Bouchard

Sherbrooke

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer