Théologie: l'UdeS a sa part de responsabilités

Dans les journaux des dernières semaines, nous avons pu entendre toutes sortes... (Archives La Tribune, Maxime Picard)

Agrandir

Archives La Tribune, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Tribune

Dans les journaux des dernières semaines, nous avons pu entendre toutes sortes d'arguments (...), les uns défendant bec et ongles la nécessité d'une faculté de théologie à l'Université de Sherbrooke, d'autres réfutant que pour des questions budgétaires, la faculté doit être fermée et ses cours rapatriés ailleurs, d'autres enfin désirant à tout prix confiner de façon impérative, voire agressive, la théologie au domaine strict du privé ou de la sacristie.

Mon avis est que la théologie a sa place à l'Université au même titre que la philosophie, l'anthropologie, l'histoire et même l'archéologie (...) et que cette faculté doit être protégée comme la mère génératrice de toutes les connaissances. La théologie, dotée d'une structure scientifique indéniable, forme la pensée et trouve des applications pratiques dans la vie de tous les jours.

J'apporterai comme preuve mon expérience personnelle. Je détiens une maîtrise en études du religieux contemporain de l'Université de Sherbrooke. Les connaissances acquises, notamment en théologie et en exégèse, lors de l'obtention de cette maîtrise ainsi que tout au long du baccalauréat qui l'a précédée, me permettent aujourd'hui d'accompagner avec un certain professionnalisme de jeunes adultes dans un cheminement catéchétique qui les conduit à la réception des sacrements du pardon, de l'eucharistie et de la confirmation.

«Vous travaillez avec des exceptions!» me direz-vous. Oh que non! Ils sont de plus en plus nombreux les jeunes adultes qui, privés dès leur enfance d'enseignement sur les fondements de leur foi, frappent à la porte des services diocésains de pastorale ou de leur paroisse dans le but de découvrir en quoi ils sont chrétiens et qui est le dieu de Jésus-Christ. De 75 demandes de confirmation en 2009, le nombre a atteint 175 en 2014 et pour les baptêmes, le chiffre a doublé. (...).Pour répondre à leurs questions et combler leurs attentes, il faut plus que du bon vouloir: il faut des connaissances! Et ces connaissances, je les ai acquises à l'Université de Sherbrooke. (...)

L'Université de Sherbrooke a sa part de responsabilité dans la formation intellectuelle de ces accompagnateurs. Puisse-t-elle comprendre, avant qu'il ne soit trop tard, l'importance de la théologie et de l'exégèse pour la société de demain?

Louise Dazé

Sherbrooke

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer