Des écoliers interpellent le ministre Nicholson

Rob Nicholson... (Archives La Presse)

Agrandir

Rob Nicholson

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Tribune

Trente-quatre élèves de 6e année de l'école Pie-X de l'Assomption, à Sherbrooke, ont écrit au ministre canadien des Affaires étrangères, Rob Nicholson, pour lui demander d'intervenir en faveur du blogueur saoudien Raïf Badawi. Voici les lettres de deux d'entre eux.

M. Rob Nicholson,

Ministre des Affaires étrangères,

Je me présente, je m'appelle Corinne Thivierge et je suis en 6e année du primaire à l'école Pie-X de l'Assomption, à Sherbrooke. Je vous écris cette lettre dans le but d'aider à la libération de Raïf Badawi. Je trouve que ses conditions de détention sont inhumaines et qu'elles devraient être reconnues comme des crimes contre l'humanité. (...)

La liberté d'expression est un droit fondamental qui n'a pas été respecté par le roi d'Arabie Saoudite. Recevoir mille coups de fouet est un véritable crime contre l'humanité et libérer Raïf Badawi lui éviterait une peine monstrueuse et causerait le bonheur de tous.

J'espère que toutes les lettres que vous allez recevoir vont changer la façon de voir les choses au roi d'Arabie Saoudite et j'espère que Raïf sera libéré.

Corinne Thivierge, 12 ans

Sherbrooke

Mener à la mort

M. Rob Nicholson,

Ministre des Affaires étrangères,

Je me prénomme Mursal Jahed et je suis une élève de 6e année de l'école Pie-X de l'Assomption, à Sherbrooke. Je vous écris cette lettre dans le but de vous inciter à aider à la libération de Raïf Badawi.

Je trouve que 1000 coups de fouet, 10 ans de prison, ainsi qu'une amende de près de 300 000 $ sont des sentences beaucoup trop sévères pour un « crime » si insignifiant. 

Nous sommes tous conscients, vous, moi, tous les gens qui soutiennent Raïf Badawi, que ces 1000 coups de fouet pourraient bien le mener à la mort. En plus d'être séparé de sa famille, réfugiée au Canada, il est emprisonné pour un droit que chaque humain a, la liberté d'expression. Ne trouvez-vous pas inhumain de connaître sa situation, mais de ne pas réagir? Moi, simple citoyenne, je ne peux faire grand-chose, mais vous, vous en avez le pouvoir.

J'espère de tout mon être que vous allez réagir aux nombreuses lettres que vous recevrez. Merci d'avoir lu cette lettre jusqu'à la fin.

Mursal Jahed, 12 ans,

Sherbrooke

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer