Encore une mauvaise décision M. Bolduc

Yves Bolduc... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Yves Bolduc

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Tribune

M. Yves Bolduc, ministre de l'Éducation, du Loisir et du Sport,

C'est avec consternation et déception que nous apprenons, au moment même où se déroule la Semaine de la persévérance scolaire, votre intention d'abolir l'édition régionale du concours Chapeau, les filles!, destiné à promouvoir la formation professionnelle et technique et les métiers non traditionnels auprès des femmes.

À titre de ministre de l'Éducation, vous savez que les inscriptions de filles aux cours de formation professionnelle ne représentent que 10 %, et que ces dernières se dirigent encore difficilement vers les métiers non traditionnels, d'où la nécessité de poursuivre tous les efforts en cette matière. De plus, cette année, vous avez coupé les budgets du Conseil du statut de la femme et le programme À égalité pour décider. Nous comprenons mal cette décision du gouvernement d'attaquer une fois de plus des mesures visant les femmes. Les avancées de celles-ci dans plusieurs secteurs sont fragiles et nous craignons qu'à force de ratatiner les initiatives, si petites soient-elles, vous ne veniez réduire nos efforts collectifs pour améliorer la situation.

Nous déplorons également le fait que cette décision touche encore une fois les régions du Québec. Ces dernières ont d'importants défis à relever en termes de besoin de main-d'oeuvre et tous les moyens pour promouvoir la formation professionnelle, les métiers non traditionnels et la présence des femmes dans les sciences sont nécessaires. Le seul prétexte qu'il n'y a plus de directions régionales du ministère pour assurer la coordination du concours nous semble faible. En agissant ainsi, vous faites la démonstration qu'à trop vouloir se précipiter dans des compressions visant à faire des économies discutables, vous n'êtes pas en mesure d'en évaluer correctement les effets, notamment dans ce cas-ci, sur les femmes et les besoins de main-d'oeuvre en région.

En terminant, nous sommes d'autant plus déçus de cette décision, qui nous apparaît pour le moins improvisée. Depuis plus de 15 ans, le concours Chapeau, les filles! permet aux partenaires du milieu de l'éducation de travailler ensemble et de se concerter pour promouvoir la formation professionnelle et les métiers non traditionnels chez les filles et les femmes. Nous vous demandons donc aujourd'hui de surseoir à votre décision afin de poursuivre l'édition régionale de cette année.

Louise Chabot

Présidente de la Centrale des syndicats du Québec

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer