Essentiel pour les femmes du Québec

Gaétan Barrette... (Photo Patrice Laroche, Le Soleil)

Agrandir

Gaétan Barrette

Photo Patrice Laroche, Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Tribune

Dans son projet de loi 10, le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a choisi d'exclure les conseils des sages-femmes des conseils d'administration des futurs Conseils intégrés de santé et de services sociaux (CISSS).

Il fait ainsi subir à la profession de sage-femme un recul inacceptable qui aura des répercussions sur l'accès à leurs services. Le ministre est en train de saboter l'intégration des sages-femmes dans le réseau de la santé en reniant leur expertise en organisation de soins et de services. (...)

En 1999, le législateur a jugé essentiel que les conseils des sages-femmes siègent aux conseils d'administration des centres de la Santé et des Services sociaux (CSSS). Aujourd'hui, le ministre Barrette veut leur enlever ce droit. Avec cette exclusion, le conseil des sages-femmes deviendrait le seul conseil professionnel sans représentation aux CA des CISSS.

La contribution des sages-femmes permet de désengorger les salles d'accouchement, de diminuer les taux d'interventions obstétricales de même que les hospitalisations, le tout se traduisant par des économies substantielles pour notre système de santé. Dans un contexte où le manque de ressources pour les femmes enceintes se fait cruellement sentir, la décision du ministre Barrette, cautionnée par le premier ministre Philippe Couillard, est totalement incohérente. L'exclusion des sages-femmes aura comme conséquence de les isoler des lieux d'orientation et de planification stratégique et d'alimenter la méconnaissance d'une grande partie de la population et des professionnels du réseau de la santé. Beaucoup de préjugés perdurent à leur égard et les bâillonner en diminuant leur présence dans le réseau de la santé contribuera à maintenir cette situation.

Pour toutes ces raisons, nous demandons au ministre de maintenir la présence des sages-femmes aux CA des CISSS et de respecter la volonté de choisir de milliers de femmes du Québec.

D'autre part (...), plusieurs clientes de la Maison de naissance de la Rivière, à Nicolet, proviennent de la région de Drummondville. Elles ont droit elles aussi à une meilleure accessibilité aux services, comme les résidants de Victoriaville (...).

Ces femmes (...) doivent effectuer une heure et demie de route pour rencontrer leur sage-femme et cela pour chacun des rendez-vous. C'est une véritable contrainte (...) par rapport aux autres citoyens de la région Mauricie-Centre-du-Québec.

Katia Petitclerc,

Comité pour un service de sages-femmes

à Drummondville

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer