Mauvais exemple au « Ti-Mé Show »

Claude Meunier en Ti-Mé... (Archives La Presse)

Agrandir

Claude Meunier en Ti-Mé

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Tribune

Comme beaucoup d'entre nous, j'ai fait mien le slogan : « Je suis Charlie ». Le tout signifie que je me dois de réagir, d'agir en dénonçant ce qui peut représenter un danger potentiel à l'intégrité de la personne humaine. Ce geste de prévention peut permettre de sauver des vies. C'est pourquoi aujourd'hui j'utilise « l'arme » qu'est mon stylo pour dénoncer des attitudes et comportements que l'on peut qualifier de dangereux et d'irresponsables.

Dans l'édition du Charlie Hebdo du 14 janvier 2015, il est fait mention dans un texte qu'« il n'y a pas plus sérieux que l'humour ». Souvent on passe par l'humour pour amener les gens à adopter des attitudes et comportements appropriés. C'est peut-être... ce qu'ont voulu faire les gens à la base du « Ti-Mé Show ». Toutefois, je crois qu'ils ont royalement manqué le bateau. Tant dans la bande-annonce de l'émission que lors de la première du vendredi 16 janvier à la télé de Radio-Canada, notre bon Monsieur Ti-Mé a adopté une attitude et des comportements extrêmement dangereux lors de l'utilisation de sa scie circulaire sur table.

La scie circulaire ne possède pas de garde-protectrice

M. Ti-Mé arrête la lame de la scie avec ses doigts

M. Ti-Mé confectionne une poivrière et un cure-dents pour M. Pogo à l'aide d'un bout de bois qu'il « gosse » directement sur la lame de la scie.

Ce genre de gestes de la part de M. Ti-Mé risque d'être reproduit par des personnes téméraires et inexpérimentées, voire nos enfants. Le tout peut occasionner des accidents graves avec blessures, amputations et même fatalités (mort) pour les personnes en cause.

Quand on voit que la Commission de la santé et de la sécurité au travail (CSST) axe ses campagnes de publicité sur la prévention dans le but que les gens adoptent des attitudes et comportements sécuritaires, quand on veut en tant que société diminuer les coûts de santé reliés aux accidents et aux blessures, dès lors on est en droit de s'attendre à ce que les comédiens, les auteurs, les maisons de production et les télédiffuseurs emboîtent le pas et présentent des « sketchs » axés sur le volet prévention et non le contraire.

Claude Roussel,

Sherbrooke

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer