La Ville de Sherbrooke et la pollution auditive

Le garage municipal de Sherbrooke... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Le garage municipal de Sherbrooke

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La Tribune

Je vis tout près du garage municipal de la Ville de Sherbrooke, c'est-à-dire à l'est de la rivière St-François, tout juste au pied de la piste cyclable qui longe la rivière. Quand nous avons visité l'appartement ou nous vivons, en mai 2014, nous n'avons pas tenu compte de ce garage, puisque le couvert des feuilles des arbres matures nous cachait la vue des installations. Aussitôt installés en juin 2014, nous avons constaté que même si on ne voyait pas ces installations, on entendait ce qui se passait. C'est-à-dire, le cri avertisseur des équipements lorsqu'ils reculent. En été, avec les fenêtres ouvertes, à 6 ou 7 heures le matin on se faisait réveiller par le tintamarre. Et cela n'a jamais cessé depuis.

Depuis le début de l'hiver, c'est encore pire puisque les équipements et particulièrement une chargeuse passent une bonne partie de la nuit à déplacer un immense tas de sable d'où il est situé à une espèce d'abri ouvert, mais couvert ou ils y déposent de grandes quantités de sable pour les charger dans les camions par la suite. Toujours ce bruit incessant qui n'arrête pratiquement jamais.

M. Louisda Brochu, conseiller municipal de notre secteur, a été contacté par le propriétaire de l'immeuble qui a acheté le terrain, l'a rendu constructible et y a érigé deux unités d'appartements de 20 unités chacune. M. Brochu a fait comme réponse que les plans de déménagements vont être exécutés bientôt. Cette discussion a lieu il y a plus de 5 ans entre les deux personnes. À la suite du lac-à-l'épaule de la ville en 2014, il a été convenu d'un plan de déménagement basé sur une période de 8 ans. Est-ce à dire que nous aurons à subir ce tintamarre encore bien longtemps.

Je comprends que les avertisseurs sonores sont là pour la sécurité des gens pouvant se trouver aux alentours. Des passants, des cyclistes, des automobilistes, etc., sont avertis par ce bruit de recul. Mais dans un endroit contrôlé avec accès limités et une circulation de camions et de cette benne uniquement, ne serait-il pas censé de changer l'avertisseur sonore par un avertisseur visuel, soit une lumière clignotante qui avise du recul de ladite benne?

J'invite les conseillers municipaux à venir passer une nuit ou nous vivons présentement. Ensuite, ils nous diront si oui ou non, on doit faire quelque chose pour améliorer la situation. Comme exemple, dans la nuit du vendredi 19 décembre, la benne en question a été sur les lieux à partir de 4 heures le matin jusqu'au lever du jour et il n'y était pas tombé un flocon de neige.

Toute pollution a un prix, celle que nous subissons est un prix inutile pour notre quiétude.

Pierre Gravel

Résidant de Sherbrooke depuis plus de 40 ans

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer