L'éducation pour qui?

Dans les années 90 avec la réforme en éducation, il avait été décidé d'intégrer... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Tribune

Dans les années 90 avec la réforme en éducation, il avait été décidé d'intégrer les enfants en difficultés d'apprentissage, de comportement et de déficience intellectuelle dans les classes ordinaires. Cela se fit en adaptant le ratio maître/élèves selon cette nouvelle réalité et en assurant les services d'orthopédagogues, de psycho-éducateurs et de psychologues. Avec un ratio diminué de quelques élèves, l'enseignant avait plus de temps à consacrer aux enfants.

Lors du dernier mandat des libéraux, la ministre de l'Éducation Michelle Courchesne avait compris la nécessité d'abaisser le nombre d'enfants dans les classes, c'était pour une meilleure éducation. 

Puis, pour des raisons strictement financières, le présent gouvernement veut abolir cette diminution et même ne pas tenir compte des clientèles lourdes dans les classes. 

Le décrochage scolaire n'est pas en voie de se résorber avec des propositions qui n'aideront en rien les apprentissages scolaires, car elles ne visent qu'à épargner des sous!

Rachel Gendron

ex-enseignante

Sherbrooke

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer