Les démunis écopent encore

Bruno Vachon... (Imacom, Jessica Garneau)

Agrandir

Bruno Vachon

Imacom, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Tribune

Encore une fois, nous étions une vingtaine de personnes à assister à la séance du conseil d'administration de la Société de transport de Sherbrooke. Nous avons offert notre collaboration comme personnes handicapées afin de travailler de concert avec les responsables du transport adapté pour améliorer le service. Je crois fermement que Bruno Vachon, président de la Société de transport de Sherbrooke (STS), aurait tout avantage à profiter de cette main tendue. Ainsi il ne serait pas seul à ramer contre vents et marées.

Depuis quelques jours, les médias diffusent que 400 transports par semaine sont annulés le jour même du transport donné. Selon le président de la STS, ces transports sont perdus pour d'autres usagers. J'ai été moi-même président d'un transport adapté pendant 26 ans et je dois dire que lorsque l'on travaille avec une clientèle vulnérable, il est tout fait normal qu'un pourcentage de 5 à 6 pour cent d'annulations arrive le jour du départ. Cela vient du principe de réservation sur une période de sept jours à 24 heures à l'avance. Plusieurs raisons valables peuvent se produire dans cet espace de temps, forçant l'usager à devoir annuler à la dernière minute. Pour n'en citer que deux, la maladie et la visite arrivée à l'improviste peuvent venir perturber l'intention de sortie.

Il faut que vous sachiez que depuis plus de dix ans, le gouvernement provincial contribue encore au transport adapté, mais de façon beaucoup moins importante que dans les années 80. De 75 pour cent au départ, la contribution provinciale avoisine souvent les 50 pour cent aujourd'hui. Depuis les années 90, on demande aux transporteurs de rationaliser leurs opérations. Après 25 ans de rationalisation, les transporteurs crient à l'aide pour plus de financement du ministère des Transports du Québec. Car la clientèle de son côté continue d'augmenter.

Je lisais aussi récemment la vantardise du gouvernement Harper glorifiant son efficacité à gérer les finances du pays. Je n'ai aucun doute qu'il réussira à équilibrer son budget. Le gouvernement fédéral coupe depuis des années dans ses transferts au Québec. Les décisions de couper ont un effet domino.

Toutes ces années de rationalisations et ces manques à gagner touchent directement les plus vulnérables. Le premier ministre du Québec aura beau vous dire qu'il ne s'attaquera pas aux plus démunis, il ne faut pas le croire. Le gouvernement de Philippe Couillard n'est pas sur le terrain pour constater les effets pervers de sa vision néolibérale.

Maurice Richard

Sherbrooke

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer