«J'ai choisi le quartier étudiant»

À la suite de la lettre ouverte de Mme Lucie Provençal, résidente du quartier... (Archives La Tribune, Jessica Garneau)

Agrandir

Archives La Tribune, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Tribune

À la suite de la lettre ouverte de Mme Lucie Provençal, résidente du quartier universitaire de Sherbrooke, la Fédération étudiante de l'Université de Sherbrooke (FEUS) souhaite réagir à certains des propos qui lui apparaissent en marge de ce que représente et souhaite réellement comme changement la campagne « J'ai choisi le quartier étudiant ».

La FEUS lançait il y a quelques jours la campagne « J'ai choisi le quartier étudiant » afin de répondre à plusieurs problèmes qui touchent les étudiants, les étudiantes et les résidents du quartier universitaire. Nous ne savons si madame a eu la chance de croiser nos dizaines de bénévoles lors des soirées de porte-à-porte dans le quartier, mais elle aurait alors constaté que nous souhaitions par cette initiative nous rapprocher des citoyens sherbrookois pour leur rappeler que la FEUS a toujours condamné le manque de civisme et de respect de certains de ses étudiants. Nous avions également pour objectif de sensibiliser les résidents du quartier à la réglementation qui frappera de plein fouet l'offre locative pour les étudiants et étudiantes. Finalement, nous désirions établir un dialogue franc pour assurer à l'avenir une bonne compréhension des enjeux dont celui du mieux vivre ensemble.

Jamais, comme le prétend madame, nous ne tentions de convaincre les résidents du quartier de la normalité d'actes de vandalisme qui sont au final en porte-à-faux de ce à quoi on peut s'attendre des désagréments normaux du voisinage. Il est aussi vexant et péremptoire de suggérer que la FEUS a rempli une commande de l'Université de Sherbrooke en essayant de rétablir la réputation de ses membres. La FEUS est jalouse de son indépendance et agi uniquement dans les intérêts de ses étudiants et étudiantes. En ce qui a trait à la dernière allégation de Mme Provençal, à savoir que la FEUS se trompe de problème en refusant de s'attaquer à l'organisation des « 4 à 7 », la FEUS aimerait rappeler à tous qu'elle travaille présentement à l'élaboration d'une directive universitaire qui se résume en l'effort le plus important des dernières années quant à responsabilisation des étudiants et étudiantes.

Au retour des Fêtes, la FEUS continuera à entretenir le dialogue avec l'ensemble des résidents du quartier pour faire en sorte que les objectifs décrits plus haut soient atteints, mais surtout pour envoyer un message clair à la Ville de Sherbrooke : la réglementation actuelle qui touche les immeubles avec chambres locatives doit être révisée.

Ainsi, la FEUS agit de façon responsable afin de prévenir des débordements qui sont toutefois marginaux, mais ne peut accepter comme solution celle qui consiste à refouler les étudiants et étudiantes à l'entrée du quartier universitaire. Les conseillers municipaux, qui s'enorgueillissent du slogan « Sherbrooke : ville universitaire » doivent refaire leur devoir.

Joël Vaudeville

Porte-parole de la Fédération étudiante de l'Université de Sherbrooke

Responsable au développement durable, aux affaires localeset communautaires

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer