Un scénario écrit à l'avance

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Denis Dufresne</p>
Denis Dufresne
La Tribune

(Sherbrooke) À la suite d'un taux de participation anémique lors des élections scolaires de dimanche dernier, malgré tout le battage médiatique des dernières semaines sur l'importance de la démocratie scolaire, le gouvernement Couillard a maintenant beau jeu de revoir le rôle et l'organisation des commissions scolaires.

Malheureusement, jusqu'ici, ce gouvernement qui se pose en champion de la diminution de la bureaucratie et des structures a été très vague sur la réforme à laquelle il veut procéder et surtout sur le type de structure qui fera le lien entre le ministère de l'Éducation, les directions d'écoles et les enseignants.

Il est toutefois acquis que le ministre de l'Éducation Yves Bolduc reverra la gouvernance des commissions scolaires, réduira leurs pouvoirs au profit des écoles et procédera à une diminution de leur nombre, qui est de 72 actuellement.

La stratégie du gouvernement de lier l'avenir des commissions scolaires au taux de participation des citoyens aux élections de dimanche dernier, qui s'annonçait faible de toute manière, aura toutefois été discutable.

Devant un réseau scolaire de plus en plus affaibli financièrement et pratiquement en perte de légitimité, du moins aux yeux des libéraux et des caquistes, pourquoi en effet aller voter?

Compte tenu de l'importance de l'enjeu de l'éducation au Québec, pourquoi ne pas avoir tenu une élection référendaire sur l'avenir des commissions scolaires?

Cela aurait peut-être incité davantage de citoyens à aller voter et donné une indication de la volonté réelle de la population.

Parler de « dégraissage » est certes très vendeur par les temps qui courent, mais le gouvernement Couillard ne peut se contenter de positions plus ou moins claires et de créer un lien entre la lutte à la bureaucratie et des élections scolaires.

Sans surprise, hier, le ministre Bolduc s'est dit déçu du faible taux de participation des électeurs, affirmant que « le statu quo n'est plus possible et qu'une révision s'impose ».

Après les déclarations et les remises en question de M. Bolduc, ces dernières semaines, on peut dire qu'on s'y attendait!

On ne peut évidemment blâmer le gouvernement de lire dans ce très faible taux de participation un désintérêt des citoyens pour la démocratie scolaire et une insatisfaction, ou une indifférence, devant une structure qui ne répond visiblement plus à leurs attentes.

On pourrait également s'interroger sur un mal plus profond qui ronge les démocraties occidentales : l'individualisme, le cynisme des citoyens à l'égard de la politique en général et une forme de démission devant les grands enjeux de l'heure. Mais cela est une autre question.

Cela n'excuse toutefois pas l'attitude presque désinvolte du gouvernement Couillard dans ce dossier. Et du ministre Bolduc en particulier.

En août dernier, il avait autorisé les commissions scolaires à réduire leurs achats de livres neufs, affirmant « qu'il n'y a pas un enfant qui va mourir de ça ».

Au préalable, il leur avait imposé de nouvelles compressions budgétaires, les obligeant notamment à diminuer l'aide alimentaire, à supprimer l'aide aux devoirs et à sabrer les programmes destinés aux élèves des milieux défavorisés.

Et c'est ce même ministre qui a déclaré hier que les réformes à venir doivent d'abord miser sur la réussite scolaire des jeunes! Comprenne qui pourra!

Il appartient maintenant au gouvernement Couillard de préciser le plus rapidement possible ses intentions. Par exemple, les conseils scolaires sont-ils appelés à disparaître?

Un projet de loi est attendu au cours des prochains mois.

D'ici là, les dirigeants de commissions scolaires, tout comme le personnel administratif et enseignant, devront vivre dans l'incertitude, voire l'insécurité, tout en poursuivant la mission éducative, le soutien aux élèves en difficulté et la lutte au décrochage scolaire, etc., avec moins de moyens!

Dans le contexte actuel, c'est beaucoup leur demander.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer