Bell Mobilité doit cesser ses travaux

Malgré l'opposition de l'ensemble des résidants du voisinage, la compagnie Bell... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Tribune

Malgré l'opposition de l'ensemble des résidants du voisinage, la compagnie Bell Mobilité vient de commencer des travaux préparatoires à l'érection d'une tour de télécommunication de 76 mètres de hauteur sur la route 243, dans le segment appelé Passe-de-Bolton, dans le territoire de la municipalité de Bolton-Est. On vient de construire un chemin d'accès et on coupe des arbres dans la forêt.

Le terrain sur lequel Bell est en train d'ériger une tour de télécommunication est situé en zone verte, mais Bell ne se soucie pas d'obtenir l'approbation de la Commission de la protection du territoire agricole, contrairement à ce qui se fait habituellement, ni de s'engager dans un processus de changement de zonage, comme le demande la municipalité, puisque le zonage municipal agroforestier interdit l'installation d'infrastructures de télécommunication.

En outre, le site est situé à quelques centaines de mètres de la Réserve écologique de la Mines-aux-Pipistrelles. La Réserve «est caractérisée par la concentration la plus importante de chauves-souris hibernantes en Estrie, et la plus diversifiée au Québec. Elle abrite en effet plusieurs milliers d'individus représentant, cas unique à ce jour sur le territoire québécois, les cinq espèces de chauves-souris hibernantes au Québec : petite chauve-souris brune, grande chauve-souris brune, chauve-souris nordique, chauve-souris pygmée et pipistrelle de l'Est. Pour cette dernière, une espèce menacée ou vulnérable à l'extrême nord de son aire de répartition, c'est le seul site d'hibernation répertorié au Québec. Le toponyme de la réserve écologique souligne à la fois le caractère historique et exceptionnel du site.» Le gouvernement du Québec a constitué cette réserve par l'adoption du décret 424-2002. Il est plus que probable que la tour de télécommunication occasionne des dommages importants aux espèces menacées de la réserve. Il est urgent que Bell Mobilité cesse les travaux qu'elle a commencés afin de permettre aux autorités qui sont concernées, dont le ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, de procéder aux analyses nécessaires afin d'éviter une situation irréversible.

Norman Roy

Bolton-Est

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer