Qu'en est-il des compteurs « intelligents »?

Les compteurs à radiofréquences sont devenus un sujet chaud récemment. Sur son... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partager

La Tribune

Les compteurs à radiofréquences sont devenus un sujet chaud récemment. Sur son site, Hydro-Sherbrooke se fait rassurant quant à leur innocuité pour la santé humaine. On nous vante le compteur Itron C1SR, dont les émissions ne dépasseraient pas 0,25 à 2,2 µW/m² (microwatts par mètre carré), en comparaison avec ceux d'Hydro-Québec qui émettraient 50 µW/m².

Le hic, c'est qu'on ne mentionne pas que le calcul d'Hydro-Québec est établi sur une moyenne des émissions sur six minutes, tel qu'expliqué dans le document du ministère de la Santé et des Services sociaux (Les compteurs d'électricité de nouvelle génération présentent-ils un risque pour la santé?) qui sert de référence aux élus et aux fournisseurs d'électricité.

En réalité, ces compteurs émettent des pointes (pics) d'ondes à des intervalles de moins d'une minute, 24 h/jour. Des pointes d'intensité de plus de 55 000 µW/m² ont été relevées à un mètre du compteur* et ces ondes se rendent jusque dans la rue. La moyenne est une donnée fictive. Seules les pointes d'émission des ondes pulsées existent.

Et que juge-t-on tolérable comme puissance d'ondes? Selon Santé Canada : 6 000 000 µW/m², niveau à partir duquel vos tissus s'échauffent (cuisent). Bien en deçà de ce chiffre se situent les effets biologiques : insomnie, arythmie cardiaque, acouphènes, perturbations hormonales... Le rapport Carpenter déposé à la Régie de l'énergie fait état d'effets biologiques à des doses infimes (moins de 1µW/m²). Santé Canada n'a-t-il pas eu à réparer ses erreurs dans le passé (médicaments retirés)? Avec sa norme de 1999, il est présentement très en retard sur l'Organisation mondiale de la santé.

Les signataires de cette lettre sont des personnes devenues électrosensibles, la plupart par l'exposition aux ondes pulsées des communications sans fil, dont le compteur Itron. Nous étions perplexes et sceptiques au début, ignorants des causes. Nous avons établi des liens à force de patientes observations et des médecins nous appuient. Nous réagissons à moins de 1 µW/m². Qu'en est-il des enfants (ils absorbent 45 % plus d'ondes*) et des gens âgés ou fragilisés?

Le compteur C1SR d'Hydro-Sherbrooke a déjà été installé dans 800 000 foyers québécois par Hydro-Québec. Les plaintes ont été nombreuses. Non « intelligent «, il ne communique pas avec la centrale. Les mesures doivent être prises de la rue aux 60 jours. Il pulse donc inutilement des milliers de fois par jour.

Même si vous le refusez, vous serez exposés à ceux de vos voisins. Le lundi 4 mars, la décision finale sera prise par le conseil municipal de Sherbrooke. Si les conseillers ignorent toutes les données scientifiques de chercheurs et médecins indépendants, comment pourront-ils assurer notre sécurité? Magog a compris et agi...

Jacinthe Ouellet

Louise Bachand

Pierre Talbot

Noëlla Ouellet

Marie-Claude Choquette

Martin Bédard

Chantal Blais

Diane Pelletier

Patricia Chouinard

*Rapport Carpenter.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer