Une mort sur la conscience

Laissez-moi tout d'abord présenter mes plus sincères condoléances à la famille... (Imacom, Jocelyn Riendeau)

Agrandir

Imacom, Jocelyn Riendeau

Partager

Sur le même thème

La Tribune

Laissez-moi tout d'abord présenter mes plus sincères condoléances à la famille et aux proches de Roxanne Bouffard-Cyr, décédée dans la nuit du 11 au 12 janvier 2013 sur la rue Prospect à Sherbrooke. Jamais, au grand jamais, un père et une mère ne devraient enterrer leur enfant. (...)

Comme tout le monde, je suis cette histoire aux nouvelles et sur internet. Je suis d'ailleurs passé par toute la gamme des émotions. J'ai été choqué de savoir qu'un tel drame s'est passé à moins de 500 mètres de l'endroit où je dormais (eh oui, j'habite la rue Prospect avec ma femme et mes deux jeunes enfants de 7 et 1 an), j'ai été triste lorsque j'ai vu la photo de Roxanne le lendemain sur internet, j'ai été fou de rage quand j'ai appris que la voiture conduite par le fugitif avait été retrouvée à moins de 3 kilomètres du drame et, comme d'habitude, j'ai été dégouté du système judiciaire dans lequel je vis lorsque la police a annoncé que le propriétaire de cette automobile a été relâché.

Par-dessus tous ces sentiments, celui qui m'anime le plus deux jours plus tard est l'impuissance.

Je me souviens de toutes les fois où j'ai téléphoné à la Ville pour les aviser que des mesures pour apaiser la circulation dans ma rue, où plus de 10 000 automobiles passent chaque jour, ne seraient pas un luxe.

Je me souviens aussi de mes appels à la police pour demander de venir délivrer des contraventions en face de chez moi. Ma maison est devant un arrêt et plus d'une automobile sur deux ne fait pas son arrêt. J'avais même offert mon espace de stationnement à la police. La police est venue, pendant 24 heures. Elle a donné quelques contraventions. Cela fait longtemps qu'elle ne vient plus, elle ne fait d'ailleurs pas toujours ses arrêts devant chez moi. (...)

Lorsqu'un citoyen utilise ses recours, il ne se passe rien... (...) Nous voulions éviter un drame, il s'est déroulé.

Monsieur le maire, à l'aube des élections municipales, aurez-vous le courage politique, la force et la délicatesse d'esprit de venir cogner aux portes des gens de la rue Prospect et de leur expliquer ce que vous allez faire pour réduire la circulation routière dans cette zone résidentielle? Plusieurs résidants de la rue sont fâchés et c'est vous qui risquez d'écoper.

Au lieu de vous attribuer une note de 95 % sur votre premier mandat, peut-être devriez-vous appeler ce père et cette mère de famille et tenter de leur expliquer pourquoi le conseil municipal a décidé de déneiger un trottoir sur deux... (...)

Des mesures favorisant la réduction de la vitesse des automobilistes et, pourquoi pas, la déviation de leurs trajectoires sur des artères prévues à cette fin (par exemple le boulevard Portland et la rue King) auraient pu empêcher ce drame.

Et ça, Monsieur le Maire, c'est votre responsabilité d'élu.

À l'aube des élections municipales de 2013, allez-vous faire quelque chose pour éviter qu'un tel drame se reproduise?

Mon vote est en jeu... Le voulez-vous? Prouvez-moi votre courage politique et peut-être n'est-il pas trop tard...

Mathieu Roy

Ph.D. en santé publique

et résidant de la rue Prospect

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer