Pour un partage plus équitable

Partager

La Tribune

Et vous, Dr Gaétan Langlois, êtes-vous un vrai ami des aînés?

J'ai lu avec intérêt votre lettre adressée au Dr Réjean Hébert, ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec (Tribune libre du 13 décembre), d'autant plus que je travaille dans le domaine de la santé et des services sociaux. Je crois à une vision élargie de la santé, soit celle de l'Organisation mondiale de la santé, qui s'intéresse non seulement à la santé physique des gens, mais aussi à leurs conditions de vie. Nous le savons tous, les conditions de vie ont une répercussion directe sur la santé physique et sur la santé psychologique.

Voilà où vos propos m'ont étonnée. Récemment, le gouvernement du Québec nous a informés de son nouveau budget. Nous y avons appris, entre autres, que deux éléments particuliers exerçaient une pression énorme sur ce budget. Tout d'abord, le coût des infrastructures, et ensuite, l'augmentation de salaires des médecins, laquelle se situe à un demi-milliard (eh oui, 500 millions $). À elle seule, la masse salariale des médecins se situera désormais à 10 % de notre budget provincial, soit, 7 milliards pour 18 900 professionnels. Comme vous le dites si bien, que dire des besoins des universités, mais aussi de tous les autres besoins, aussi importants les uns que les autres : logements abordables et salubres, emploi décent, revenu décent, répit pour les parents d'enfants handicapés, loisirs pour les jeunes de milieux défavorisés, maisons d'hébergement pour les itinérants, nourriture pour les plus démunis, et j'en passe.

Dr Langlois, je côtoie malheureusement trop souvent le manque de ressources de toutes sortes et, comme vous, jour après jour, je constate les limites de notre système. Je crois sincèrement que s'il y avait davantage d'équité dans le partage des ressources financières que notre société est capable d'offrir à la santé et aux services sociaux, elle ne s'en porterait que mieux.

Je ne crois pas que vous puissiez blâmer qui que ce soit, dans la mesure où, à eux seuls, les médecins monopolisent un très grand pourcentage du budget provincial. Vous savez, ma mère provient d'une famille de 17 enfants. Lorsqu'il y avait un gâteau, pour que tous puissent en profiter, il fallait s'assurer que les parts soient plutôt égales.

Or, si le gouvernement donne 500 millions $ en augmentation à des salariés qui gagnent déjà en moyenne 370 000 $ par année, que reste-t-il pour les autres? Et cela, sans compter que les hôpitaux requièrent déjà environ 50 % du budget de la santé.

Finalement, je suis certaine que la réponse à ma question du début est que oui, tout comme le Dr Hébert, vous êtes un ami des aînés et que vous aimez profondément l'humain. Mais voilà, il n'y a plus de gâteau à partager.

Marie-Claude Godbout

Asbestos

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer