Passionné des autres

Ronald Maheu... (La Tribune, Jean-François Gagnon)

Agrandir

Ronald Maheu

La Tribune, Jean-François Gagnon

Partager

Sur le même thème

(Magog) Le réseau d'amis et de contacts de Ronald Maheu à Magog est si large qu'on jurerait qu'il a toujours vécu dans cette ville. Pourtant, il n'est devenu un habitant de la région magogoise qu'à la fin des années 1970. Histoire d'un homme passionné par les autres.

Dans la vie de Ronald Maheu, le bénévolat et l'implication sociale sont d'une importance capitale depuis longtemps. Le septuagénaire garde d'ailleurs le goût de donner à autrui malgré le combat qu'il livre actuellement contre le cancer.

«Le bénévolat, c'est le loyer que tu paies pour l'espace que tu occupes sur la Terre. En plus, aider les autres ça fait partie de ma personnalité. Pour moi, c'est un loisir, une passion», lance-t-il lorsqu'on lui demande ce qui le pousse à tant s'impliquer dans sa communauté.

M. Maheu assure tirer une grande satisfaction de son implication dans sa communauté d'adoption. «Tu en sors grandi quand tu offres du soutien à des gens de quelque façon que ce soit. En fait, je dirais même que tu te fais un cadeau à toi-même en aidant autrui», explique-t-il.

À l'âge de 25 ans, il joignait déjà les rangs du Club optimiste de Rosemont, dont il a été président à deux reprises. Son déménagement dans la région de Magog l'a plus tard amené à intégrer le Club optimiste Magog-Orford.

Environ huit ans après son arrivée dans la région magogoise, il crée avec une équipe de collaborateurs un grand gala pour honorer les bénévoles les plus méritants de la communauté. Les organisateurs de l'événement le nomment bénévole de l'année dans les années suivantes.

M. Maheu a également agi à titre président du Tournoi provincial novice de Magog dès la  fondation de cet événement. Il a par surcroît été à la tête du Tournoi national atome pee-wee de Magog.

Mais ce n'est pas tout, car il a oeuvré ces dernières années comme président de la section Memphrémagog de l'Association québécoise de défense des droit des retraités. Et a occupé un siège de vice-président de la Chambre de commerce et d'industrie (CCI) Magog-Orford pendant un certain temps.

Reconnaissant son entregent hors du commun et sa contribution au milieu magogois, la CCI Magog-Orford a récemment fait de Ronald Maheu son ambassadeur, un honneur que le principal intéressé a accueilli avec une grande humilité.

«C'est sûr que cet honneur m'a fait plaisir, admet-il. Mais il m'a aussi surpris. Personnellement, je trouve que d'autres auraient mérité plus que moi le titre d'ambassadeur de la chambre de commerce.»

Un père important

Son père, Henri Maheu, a eu une grande influence sur lui. «Il n'avait qu'une cinquième année. Par contre, c'était un grand philosophe. Il m'a permis d'acquérir beaucoup de confiance en moi.»

Le Magogois a notamment été marqué par la grande honnêteté de son père, mort il y a une cinquantaine d'années. «Il déclarait le moindre revenu à l'impôt. Il était tellement honnête qu'un jour il a perdu un gros contrat après avoir refusé de verser un pot-de-vin à un administrateur public corrompu», note-t-il.

Lui-même père de cinq enfants, il confie être particulièrement fier de sa famille. «Le plus grand succès de ma vie, c'est d'avoir bien élevé mes enfants, qui ont tous réussi.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer