La course et la vie

Patrick Mahony a été bien servi par son intuition lorsqu'il a décidé de faire... (Imacom, Jocelyn Riendeau)

Agrandir

Imacom, Jocelyn Riendeau

Partager

Sur le même thème

(Magog) Patrick Mahony a été bien servi par son intuition lorsqu'il a décidé de faire une incursion en tant qu'organisateur dans le monde de la course à pied. Un gars a beau croire en son produit, Patrick Mahony n'aurait jamais pu imaginer, même dans ses rêves les plus fous, un scénario aussi surréaliste pour le Défi des collines de Sainte-Catherine de Hatley et le Marathon de Magog, deux événements qu'il a mis au monde avec un doigté remarquable.

Que le Marathon de Magog ait accueilli 2500 coureurs et coureuses à l'an 1, cela dépasse tout entendement. Le Défi des collines n'a pas à rougir de honte avec 579 participants en 2011 et plus de 700 cette année. « Quand plus de 700 coureurs débarquent dans une petite municipalité de même pas 2500 âmes, ça frappe l'imaginaire.

M. le maire Jacques Demers m'a fait remarquer que ça faisait pas mal d'effervescence dans le village et qu'il en était bien fier de voir sa communauté sauter dans le train », note Mahony, qui avait investi 5000 $ de sa poche pour se lancer dans l'aventure du Défi des collines.

« J'avais cette somme qui végétait en bourses. J'ai décidé de l'utiliser pour lancer mon projet. »

Pour en revenir au Marathon de Magog, très peu d'événements du genre ont connu un départ aussi fulgurant au Québec. « Je cherche encore à comprendre cet engouement, mais vaut mieux ne pas trop me questionner. Ce fut un beau problème à résoudre même si pendant plusieurs semaines les nuits de sommeil ont été écourtées », se souvient celui qui ne semble jamais à bout de souffle.

En 2012, Patrick Mahony a aussi créé et géré le circuit régional Villegia CourirenEstrie.com qui comprenait trois autres courses en plus du Défi des collines et du Marathon de Magog, soit le Réveil du coureur, le Tour du Lac des Nations et le Défi Félix-Deslauriers-Hallée.

La Belle et la Bête

Patrick Mahony sait qu'il fait du bien autour de lui lorsqu'il invite les gens à ranger leurs pantoufles et à sortir leurs espadrilles pour bouger, courir. Il a aussi pris l'engagement d'aider ceux dans le besoin. « Je me suis donné comme mission de verser des sommes provenant de chacune de mes courses à différentes causes qui me tiennent à coeur. » Ce chiffre s'élève à 23000$ dollars pour l'année 2012. Parmi les organismes qui ont bénéficié de cet argent, mentionnons la Société de la sclérose latérale amyotrophique (SLA), la Fondation québécoise du cancer et la Fondation de l'Hôpital de Memphrémagog.

Patrick Mahony porte les coureurs en très haute estime. « Avec notre mode de vie sédentaire, c'est presque un acte de rébellion de prendre le temps d'aller courir de nos jours. Ça m'émeut d'apercevoir à la ligne de départ le monsieur qui traîne 30 livres en trop ou encore la maman qui élève trois enfants se lever à cinq heures du matin pour aller s'entraîner. Ce sont eux mes véritables héros. »

Et surtout, pas question de les décevoir avec des parcours sans saveur. « J'aime bien faire un parallèle avec le conte La Belle et la Bête. La Belle, c'est le parcours que je veux esthétique, original, coloré. La Bête, c'est le parcours parsemé de plusieurs difficultés que je leur réserve. Il faut que les gens aient l'impression de compléter une course unique », relate Patrick Mahony.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer