Maripier Morin embrasse Revlon

Maripier Morin est la première égérie québécoise de... (Photo fournie par Revlon)

Agrandir

Maripier Morin est la première égérie québécoise de la compagnie de cosmétiques Revlon.

Photo fournie par Revlon

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) En maternelle, Maripier Morin demandait un boîtier de maquillage au père Noël et dissimulait un bâton de rouge à lèvres de sa mère dans son sac pour s'en barbouiller la fraise avant la prise de la photo officielle.

Après s'être pratiquée avec assiduité sur le visage de son petit frère («je le maquillais du front au menton avant d'aller le promener en poussette, le pauvre»), elle a manipulé les tubes sans réserve au secondaire, alors qu'elle faisait de la compétition en patinage artistique, se créant un teint laiteux pour tourbillonner dans un hommage à Charlie Chaplin ou se constellant le visage de paillettes pour faire l'arabesque sur un air de music-hall.

«C'est une des choses qui m'excitaient le plus dans la création de nouvelles chorégraphies. À l'école, j'étais plus discrète. Dans le programme de sports-études, on se faisait juger si on osait se maquiller!» évoque-t-elle.

La passion de la jeune animatrice pour les fards ne sort pas de nulle part. Elle lui sort de tous les pores.

Considérant que la native de Rivière-du-Loup est devenue en cinq ans la personnalité québécoise la plus intéressante à suivre dans le domaine de la mode, il n'est pas surprenant que l'ancienne beauté du Banquier soit promue beauté de Revlon au Canada.

Servir de modèle

Elle en a fait du chemin sur le fleuve du raffinement depuis que le public l'a découverte, il y a dix ans, en version plus pulpeuse (et boudeuse) dans la broue du spa d'Occupation double...

«Personne, dans la vie, ne s'attend à devenir égérie, encore moins pour une compagnie internationale!» s'exclame Maripier Morin, dont la spontanéité est aussi rafraîchissante que sa photogénie est spectaculaire. Elle serait la première Québécoise à faire craquer la marque américaine, en 83 ans d'existence.

«J'ai toujours eu de l'admiration pour celles qui prêtaient leur visage à de grandes campagnes. J'aime notamment les actrices Emma Stone et Olivia Wilde, aussi égéries de Revlon, des femmes indépendantes, avec beaucoup d'humour et un grand sens de la famille. Plus jeune, je voulais tellement ressembler aux filles des panneaux à la pharmacie, et je suis encore comme ça. Si je vois Olivia Wilde avec un eye-liner bleu pétant dans un magazine, c'est clair que je vais aller l'acheter. Servir à mon tour de modèle pour les jeunes filles me flatte», assure la carte de mode de 28 ans, qui avait déjà commencé à exercer son influence avec son projet 365 jours de looks pour le magazine Loulou.

La maladie des tubes

Son association avec la compagnie, qu'ont déjà embrassée Julianne Moore, Halle Berry, Sharon Stone - ainsi que la patineuse Nancy Kerrigan -, était naturelle. Sur les 150 bâtons de rouge de sa collection, 80 % portent le logo de Revlon, a-t-elle calculé en retournant sa trousse à l'envers. «La majorité de ma trentaine de bouteilles de vernis est aussi de cette marque. Et je connais leur nom de couleur par coeur! Oui, c'est un peu maladif!» admet celle qui a fait de ses lèvres rouges sa «marque de commerce».

«Ma mère ne s'est jamais maquillée. Sauf qu'elle se mettait du rouge à lèvres. C'est pour ça que j'y ai toujours associé la féminité.»

Le 16 juin, la nouvelle ambassadrice s'éreintera à prendre les photos et tourner les vidéos de la campagne publicitaire multiplateforme, qui sera diffusée cet été au Québec, en pharmacie, sur le web et à la télé. Une torture, on le devine bien...

Le lendemain, à peine débarbouillée, elle ira amorcer ses vacances en Italie. Combien croyez-vous que sa pochette pleine de laques et de graisses lui coûtera en surcharge de bagages?

SES ARMES SECRÈTES

Pour la télé:

«La base antibrillance Photoready. J'ai la peau extrêmement huileuse, tellement qu'on dirait tout le temps que je me suis étendue une livre de beurre dans le visage. Ce produit matifiant m'évite d'être obligée de me poudrer à outrance à chaque pause.»

Pour une sortie:

«Le baume mat pour les lèvres Colorburst, dans la nuance Remarquable. En fait, je le porte le soir, le matin, à toute heure du jour. Dans ma sacoche, je traîne 5 ou 6 rouges à lèvres, pour aller avec mon humeur, mais je garde toujours celui-là en réserve.»

Pour le week-end:

« Je déteste me maquiller la fin de semaine, mais si je veux me donner bonne mine, j'applique l'illuminateur Photoready Skinlights, dans la teinte rose clair, sur le haut de mes paupières et de mes pommettes.»

UN AUTOMNE MODE ET MUSIQUE

Maripier Morin est la deuxième Canadienne à être recrutée par Kin Community, une chaîne You Tube qui rassemble les vlogueurs lifestyle les mieux cotés du monde. À compter de septembre, sous le titre Pardon my French, elle y partagera des vidéos de ses styles vestimentaires, à la manière du projet qu'elle mène pour Loulou depuis l'automne.

À l'automne, l'animatrice prendra aussi la barre de la nouvelle quotidienne de TVA, Faites comme chez vous, une version musicale d'Un souper presque parfait, où des rockeurs de salon et des chanteuses de douche devront tour à tour essayer de s'impressionner. La chaîne Séries+ diffusera également une version traduite de la série Hockey Wives, diffusée ce printemps sur la chaîne W et dont elle fait partie en tant que copine du joueur du Canadien Brandon Prust.

Dès le juin, on pourra voir Maripier Morin à VRAK dans le nouveau magazine de filles Code F, en cours de tournage.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer