Du style plein la cuisine

Samuel Joubert... (Fred Tougas)

Agrandir

Samuel Joubert

Fred Tougas

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Karine Tremblay
La Tribune

CHRONIQUE / On imagine les stylistes culinaires peinturant les brocolis pour qu'ils soient plus verts qu'un lutin de la Saint-Patrick. On les imagine encore ajoutant du lustre (là où ça compte) et de la colle (pour que l'improbable burger de six étages tienne en équilibre le temps d'une photo).

Samuel Joubert clarifie les choses d'emblée : ce n'est vraiment pas son pain quotidien. Le photographe et styliste derrière le site lecoupdegrace.ca (et auteur du livre du même nom) ne truque pas les plats qu'il croque en images. Pour leur donner de la mine et du pep, il crée des mises en scène.

« Je joue avec les accessoires. Je trouve des planches de bois, des ustensiles, des éléments qui vont apporter du punch aux photos de mes recettes. »

Les éléments qui pimpent ses images sont tout, sauf génériques.

« J'aime les serviettes de table déchirées, les fourchettes rouillées, les vieilles affaires en fonte et les assiettes d'une autre époque, avec des canards dessus. »

Cette éclectique sélection compose une originale collection : trois étagères pleines de trucs de cuisine dénichés chez des antiquaires, souvent en Estrie. Natif de Sherbrooke, Samuel Joubert revient régulièrement dans le coin pour visiter la famille. Il profite de ses séjours pour faire des trouvailles qu'il utilise ensuite pour créer ses compositions culinaires joliment décoiffées.

« Je mets le bordel dans l'assiette, j'ajoute des petites touches. Et je prends la photo à vol d'oiseau. »

Le résultat est visuellement savoureux. Les plats ainsi déclinés ont un côté convivial et chaleureux qui sied bien à la cuisine de Joubert.

« Ce qui me plaît, dans la bouffe, c'est le côté rassembleur. Je ne suis pas un cuisinier professionnel, mais j'aime tout ce qui touche à la cuisine, de la préparation jusqu'à la dégustation. J'avais envie de mettre de l'avant le côté l'fun de la cuisine, je voulais montrer que ça pouvait être facile, accessible et bon. Pour moi, créer des plats, les photographier, c'est une passion. »

Une passion qui est venue au fil du temps. Et qui rassemble ses proches : son frère, son amoureuse et des amis précieux l'épaulent dans l'aventure culinaire.

« Ma mère a toujours beaucoup aimé cuisiner, mon père a déjà eu un restaurant. Quand j'étais jeune, pourtant, ma palette de goûts était assez limitée. »

Il avait une fourchette sélective. Pizza, burger, poutine, vous voyez le genre. La piqûre pour le fait culinaire est venue plus tard, alors qu'il était dans la vingtaine. Après une série de voyage dans les Caraïbes, où résidait un ami.

« En lui rendant visite à Saint-Martin, j'ai découvert la cuisine française et antillaise. En voyageant, par la suite, j'ai réalisé que la bouffe, c'est une belle porte d'entrée sur d'autres cultures », dit le papa de 34 ans.

Autodidacte, il a tout appris sur le terrain. La photographie, le stylisme, la cuisine. Il a lancé son site en août 2014.

« Après des années d'expérimentations, après avoir fait des contrats pour d'autres, j'avais trouvé ma signature. »

Autour du projet, comme autour de sa table, il a su créer un bel esprit de famille. Son frère signe ses capsules vidéo, son amoureuse assume la correction des textes, des amis précieux donnent un coup de pouce.

Les internautes, eux, ont été nombreux à glisser l'adresse de son site dans leurs favoris : 46 000 visiteurs franchissent son portail web chaque mois. C'est d'ailleurs après avoir repéré ses plats sur la toile que les Éditions de l'homme ont proposé au créateur de saveurs de passer à l'imprimé.

Son premier livre de cuisine a été publié cet automne. La couverture annonce ses couleurs en reprenant le slogan qu'il a mis de l'avant sur le web : « Si j'étais vous, je détacherais ma ceinture tout de suite... »

En une phrase, l'idée est donnée. Les plats de Samuel Joubert sont généreux en fromages, en sauces et en saveurs. En regardant les photos de ses recettes, on a le goût de tout essayer... en se gardant bien de compter les calories!

« Ce que je propose, c'est une cuisine pour se gâter, une cuisine un peu cochonne, un comfort food plein de goût. On ne pourrait pas toujours manger du kale et du concombre. Il faut un équilibre, dans la vie. Moi, je m'occupe du côté décadent de l'assiette. Même si j'ai aussi plusieurs recettes santé, ce n'est pas mon créneau principal avec Le coup de grâce », explique le Montréalais qui boit pourtant son smoothie vert au kale tous les matins au déjeuner, avant de filer s'entraîner.

Cherchez l'erreur : il n'y en a pas. Le mec qui adore se plonger dans de nouveaux défis culinaires, qui fait ses propres raviolis et qui s'apprête à animer chez lui, avec la famille, un atelier de confection de saucisses maison, confie qu'il est aussi capable, à l'occasion, d'engloutir un Kraft Dinner, un soir de paresse. Sans même ajouter quelques fleurons de brocoli ou une poignée de cubes de jambon.

Après tout, il l'a dit, tout est une question d'équilibre.

Le coup de grâce parce que...

« Ça se dit aussi bien en français qu'en anglais et je voulais un site bilingue dès le début. C'est surtout une image qui porte. Tu sais, ces fois-là où tu viens de manger beaucoup trop au point de devoir détacher ta ceinture? Et voilà ton hôte qui s'amène avec un dessert délirant auquel tu ne peux pas résister parce que ça a l'air tellement trop bon? Eh bien, c'est ça, le coup de grâce, c'est ça l'esprit de mon projet. »

Un projet qui grandit : Samuel Joubert continue d'alimenter son site en y ajoutant trois recettes chaque semaine. Il pourrait bien, aussi, se lancer dans l'aventure d'un second livre de recettes.

« J'y pense, j'aimerais ça. Mon premier comporte beaucoup de braisés et de plats très réconfortants, plus automnaux. J'aurais le goût, maintenant, de faire un deuxième tome plus estival. »

Cinq ingrédients chouchous de Samuel Joubert

Le fromage

« C'est un ingrédient qui peut complètement changer un plat et il en existe une telle variété, on a l'embarras du choix. »

La bière

« De la même manière qu'on ajoute du vin aux plats, on peut utiliser de la bière pour parfumer une recette. L'idée, ce n'est pas que ça goûte l'alcool (de toute façon, il s'évapore), c'est plutôt d'ajouter des subtilités, de la profondeur. Par exemple, une bière blonde dans une béchamel peut amener un soupçon d'agrume dans la sauce, tandis qu'une bière noire aux notes torréfiées fera des merveilles dans un braisé. »

La sauce soya

« J'adore la sauce soya. C'est tellement bon! Ça ne vient pas que saler un plat, ça amène une touche sucrée, un peu caramélisée. »

La sauce de poisson

« Tout simplement parce que je trouve que c'est un ingrédient qui met beaucoup de punch. »

Les herbes salées du Bas-du-Fleuve

« Beaucoup de gens ne connaissent pas. Moi, j'adore ça. J'en mets dans mes marinades, mes risottos, mes sautés, mes pestos. Et je lèche la cuillère! »

Trempette au fromage et aux oignons caramélisés à... (Samuel Joubert) - image 4.0

Agrandir

Trempette au fromage et aux oignons caramélisés à la bière

Samuel Joubert

Bol de trempette pour le Super Bowl

Vous cherchez une idée pour dynamiser votre menu pour le Superbowl de dimanche? Samuel Joubert a quelques filons pour vous.

« L'élément-clé, c'est ma trempette de fromage et d'oignons caramélisés à la bière (recette ci-bas). C'est bon avec tout : des légumes, des craquelins, du pain. Et c'est parfaitement dans le ton du Superbowl. Pour compléter, vous pourriez cuisiner mes crevettes croustillantes avec leur sauce cocktail maison. C'est tout simple à réaliser, mais ça produit son effet sur une table. Vous pourriez enfin mettre au four des nachos de fou au chili maison. Parce que des nachos, tout le monde aime ça, et en version « tout garni », c'est encore meilleur. »

Trempette au fromage et aux oignons caramélisés à la bière

(Recette de Samuel Joubert, tirée du site web lecoupdegrace.ca. Sur celui-ci, vous trouverez aussi la recette de nachos au chili et celle des crevettes croustillantes avec leur sauce maison).

Ingrédients

2 gros oignons Vidalia, coupés en deux puis tranchés finement

1/4 tasse de beurre

Huile d'olive

175 g de pancetta en petits cubes

1/4 tasse de bière Don de Dieu d'Unibroue

1 c. à soupe de thym frais

2 tasses de fromage gruyère, râpé

2 tasses de fromage cheddar, râpé

1/2 tasse de crème sure 5 %

1/2 tasse de fromage à la crème léger

1 oignon vert, tranché finement

Sel et poivre du moulin

Préparation

Préchauffer le four à 400 ° F.

Dans une grande poêle chauffée à feu moyen, faire fondre le beurre et ajouter les oignons. Ajouter environ 2 c. à soupe d'huile d'olive, saler et poivrer puis mélanger. Cuire doucement pendant 8-10 minutes en mélangeant régulièrement. Les oignons ne doivent pas dorer! Baisser le feu si c'est le cas.

Pendant ce temps, dans une autre poêle chauffée à feu moyen, ajouter un mince filet d'huile d'olive et faire cuire la pancetta pendant 5-6 minutes, jusqu'à ce qu'elle soit croustillante. Déglacer avec la bière, bien gratter le fond pour aller chercher toutes les saveurs puis verser sur les oignons. Ajouter aussi le thym et bien mélanger.

Poursuivre la cuisson pendant environ 10 minutes, en mélangeant régulièrement, jusqu'à ce que les oignons soient caramélisés et foncés et que le liquide soit évaporé.

Verser le mélange d'oignons dans un grand bol et ajouter le fromage gruyère, 1 tasse de cheddar, la crème sure et le fromage à la crème. Bien mélanger et verser dans un plat de cuisson.

Déposer au four et cuire pendant 20 minutes. Sortir du four, bien mélanger et ajouter le reste du cheddar sur le dessus. Remettre au four et cuire sous le gril (à broil) pendant 2-3 minutes jusqu'à ce que le fromage soit bien doré. Laisser reposer 10 minutes avant de dévorer! Garnir de rondelles d'oignon vert et servir avec des croûtons, des chips et des légumes.

Vous voulez lire?

Le coup de grâce

Samuel Joubert

Les Éditions de l'homme

255 p.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer