Végétalien à temps presque plein

Sylvie Drouin, chef propriétaire du Café créatif Au... (Spectre Média, Julien Chamberland)

Agrandir

Sylvie Drouin, chef propriétaire du Café créatif Au Croquis

Spectre Média, Julien Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Karine Tremblay
La Tribune

(Sherbrooke) Louis-Philippe Hébert confirme qu'en 20 ans, le regard des gens sur le végétalisme s'est beaucoup modifié.

« J'ai été végétalien dans la vingtaine parce que je souffrais de bronchites à répétition. J'avais lu que le lait pouvait être en cause. J'ai cessé d'en boire, je n'ai plus jamais fait de bronchite. Sauf qu'à l'époque, même le végétarisme était perçu comme quelque chose d'étrange. Alors le végétalisme... c'était compliqué! »

Après avoir été végétarien pendant plusieurs années, il a fait le pas de plus il y a une couple d'années. Son conjoint et lui ont banni oeufs et fromages du menu. La plupart du temps.

« On n'est pas puristes, je dirais qu'on est végétaliens 85 pour cent du temps. On se permet des exceptions. Comme on voyage beaucoup, on ne fait pas la fine bouche lorsqu'on se trouve dans un autre pays et qu'on est invités. C'est tout de même impressionnant de constater à quel point on arrive à manger végétalien à peu près partout. Le site Happy Cow (et l'application mobile) est pour ça très aidant. »

En deux décennies, l'assiette s'est réinventée et les jeunes sont davantage portés vers le végétalisme, constate Louis-Philippe. Les temps et les mentalités changent, les étalages des supermarchés aussi.

« On trouve maintenant quantité d'alternatives aux produits animaux sur le marché: des saucisses, du fromage végétal, des yogourts. Tout ça n'existait pas avant. Dans les restaurants, même ceux plus traditionnels, il y a souvent des options végétaliennes inspirées. »

Directeur artistique du Centre d'art de Richmond, Louis-Philippe accueille des artistes d'un peu partout autour de sa table. Le repas est la plupart du temps végétalien. « Et personne ne repart affamé », assure-t-il.

Les desserts qu'il prend plaisir à cuisiner sont confondants. Personne ne pourrait dire qu'ils ne contiennent ni beurre ni oeuf. Mais tous s'entendent sur le fait qu'ils sont délicieux.

« Quand on ne dit pas que c'est végé, personne ne le remarque! »

Ça dit tout. Faire goûter, c'est encore la meilleure façon de faire tomber les préjugés.

Café créatif et végétalien

Après neuf ans d'existence, le Café créatif Au Croquis a pris cette semaine le virage végétalien. Désormais, la carte de l'établissement sis rue Wellington Nord, à Sherbrooke, est entièrement dépourvue de produits d'origine animale.

« Ça fait longtemps que j'y pensais, mais je me disais que les gens n'étaient peut-être pas prêts », dit Sylvie Drouin, chef propriétaire et elle-même végétalienne depuis cinq ans.

Les cinq options de son menu du jour étaient déjà végétaliennes. La carte a été modifiée peu à peu. Et les clients sont heureux.

« J'avais certaines craintes, mais j'ai réalisé que mes plats végétaliens avaient du succès. D'abord et avant tout parce qu'ils sont savoureux. »

Sa lasagne sans fromage fait le bonheur des amateurs de mozzarella. Ses mijotés et ses ragoûts de légumineuses ravissent le palais de ses convives. Ses burgers font toujours sensation. Et son végépâté est si réputé qu'on vient de loin pour le goûter. Paraît-il, on en achète même en quantités pour en ramener chez soi.

« J'adore renouveler le menu, proposer de nouvelles affaires. J'ai la curiosité d'aller chercher des idées neuves. Il faut jouer avec les épices et les assaisonnements, s'inspirer de ce qui se fait ailleurs. Les gens pensent souvent qu'il faut cuisiner davantage lorsqu'on est végétalien, mais c'est une fausse impression. Il faut juste cuisiner autrement et planifier un peu plus, peut-être. »

Son conseil à ceux qui seraient tentés d'essayer le végétalisme? « Promenez-vous sur le web, vous trouverez plein d'idées et d'astuces. Et allez dans un bon restaurant végétalien. Goûtez un plat, voyez comme c'est savoureux et tentez de le reproduire à la maison. »

Où manger végétalien?

À Sherbrooke

Restaurant La Folle Théière

Café Créatif Au Croquis

Café Singing Goat

Quelques pistes pour aller plus loin

Documentaires

En anglais: Cowspiracy

Forks Over Knives (une recommandation de Louis-Philippe Hébert)

Sites web et blogues

En français:  vegfaq.org, vertetfruite.com, brutalimentation.ca

En anglais: www.ohsheglows.com et www.theppk.com, www.plantpoweredkitchen.com

happycow.net

Livres

Outre ceux d'Élise Desaulniers, Voir son steak comme un animal mort, de Martin Gilbert (Lux Éditeur, 2015).

Livres de recettes

En français: Les pâtisseries de Rose Madeleine (Éditions de l'Homme), écrit par la pâtissière québécoise Véronique St-Pierre, qui a fait le pari de cuisiner des douceurs végétaliennes qui n'ont rien à envier à leurs équivalents tout crème, tout beurre. Son site: www.rosemadeleine.com

Vegan, de Marie Laforêt (elle a aussi signé d'autres titres)

Les livres de recettes des restos Crudessence

En anglais: tous ceux d'Isa Chandra Moskowitz, de Dreena Burton, de Chloe Coscarelli et de Sarah Kramer (certains titres de Sarah et de Chloe ont été traduits en français) et Oh She Glows, de Angela Liddon.

Tacos végétaliens

Pour 4 personnes

Recette de Marie-Noël Gingras, tirée du livre Le défi végane 21 jours, d'Élise Desaulniers. Celle-ci adore ce plat, parfait pour les repas d'été entre amis ou avec les enfants.

1 c. à table (15 ml) d'huile d'olive

2 gousses d'ail

1 c. à thé (5 ml) de paprika fumé

1 c. à thé (5 ml) de cumin

2 c. à thé (10 ml) de sirop d'érable

1 c. à thé (5 ml) de sauce tamari

1 conserve de fruits du jacquier dans l'eau (disponible dans les épiceries asiatiques)

1 oignon émincé

3/4 tasse (190 ml) d'eau

Sel, poivre

8-10 tacos du commerce

Garnitures

Salsa

Poivron

Maïs en grain

Laitue hachée

Avocat

Fromage végétal râpé style Daiya ou Vegan Gourmet

1. Préparer la marinade en combinant l'huile, l'ail, les épices, le sirop d'érable et la sauce tamari dans un plat. Ajouter les fruits du jacquier égouttés et faire mariner au moins 30 minutes.

2. Dans une grande poêle, faire suer l'oignon dans un peu d'huile et ajouter ensuite les fruits du jacquier avec la marinade. Cuire à feu moyen pendant 30 minutes.

3. Verser un peu d'eau, au fur et à mesure, pour que le mélange ne soit pas trop sec. Les fruits du jacquier sont cuits lorsque les morceaux se défont à la fourchette.

4. Placer les fruits du jacquier effilochés dans un bol de service et assaisonner une dernière fois, à votre goût. Préparer les tacos avec vos autres garnitures préférées.

‹ Variante : si vous ne trouvez pas de conserve de fruits du jacquier dans votre région, vous pouvez utiliser des préparations sans viande du commerce, comme celles de Yves Veggie ou de Gardein.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer