Sushis pour les petits (et pour les grands aussi!)

Autour de l'immense comptoir, Daniel Chassé fait une... (Spectre Média, Marie-Lou Béland)

Agrandir

Autour de l'immense comptoir, Daniel Chassé fait une démonstration avant de laisser les participants se lancer dans l'assemblage de sushis.

Spectre Média, Marie-Lou Béland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Karine Tremblay
La Tribune

(Sherbrooke) CHRONIQUE / « Maman, on dirait qu'on est dans Les chefs! »

Sitôt franchies les portes du Cul de Poule, c'est l'exclamation que pousse ma fille. Mon apprentie cuisinière de 11 ans a savouré chaque saison de l'émission estivale. Elle n'en revient pas de se retrouver dans un décor qui rappelle en effet un peu beaucoup celui du concours télévisé qui rassemblait la relève culinaire québécoise. Dans la lumineuse bâtisse rue Aberdeen, six ilots doubles entièrement équipés précèdent un immense comptoir. Le look industriel chic et chaleureux est ici bien exploité. La place a des allures de cuisine laboratoire, mais la convivialité d'une salle à manger familiale.

En ce froid samedi matin de février, comme cinq autres duos parent-enfant, on s'en vient apprendre l'art de confectionner les sushis sans tracas. Ce n'est pas gagné d'avance. Le riz collant peut facilement donner du fil à retordre et enquiquiner même la patience la plus aiguisée.

« Faire des sushis, ce n'est pas si compliqué, il faut juste y mettre le temps », assure pourtant l'animateur de l'atelier et propriétaire des lieux, Daniel Chassé.

On comprend au fil de ses explications que le secret réside dans la mise en place. La préparation des ingrédients ainsi que la découpe des légumes et du poisson comptent pour beaucoup dans la réussite des bouchées japonaises. Le reste est affaire de technique, de pratique et de créativité. Mais des astuces et quelques tours de main facilitent quand même la vie de qui se lance dans l'élaboration d'un plateau de makis.

Sur les ilots de travail, tout le monde... (Spectre Média, Marie-Lou Béland) - image 2.0

Agrandir

Sur les ilots de travail, tout le monde manipule le riz collant, le poisson cru et la feuille de nori. Anne-Sophie Morissette (en arrière-plan), Gabrielle Loubier, Sandrine Loubier, Marianne Loubier et Marie-Josée Hotte confectionnent d'appétissants sushis.

Spectre Média, Marie-Lou Béland

Apprendre auprès d'un maître sushi

Daniel Chassé a pu parfaire son art auprès d'un maître sushi le temps d'une formation intensive étalée sur quelques fins de semaine. Généreux, il partage ses bonnes adresses et ses trucs de cuisine pendant la démonstration avant de laisser chacun aller rouler ses feuilles de nori.

« Avec les sushis, on peut oser marier des saveurs, on peut vider le frigo et composer des créations tout à fait originales », remarque l'entrepreneur, qui confie avoir poussé l'audace jusqu'à utiliser des restants de côtes levées dans ses savoureux roulés. Pas très japonais, mais 100 pour cent délicieux, affirme celui qui, avant de se lancer dans le domaine alimentaire, était en affaires dans le secteur de l'imprimerie.

« J'ai toujours été un passionné de cuisine. J'ai suivi un tas de formations un peu partout au fil des ans. Quand est venu le temps de me réorienter, je me suis demandé ce que j'avais envie de faire au cours de la prochaine décennie. »

La cuisine s'est imposée comme une évidence.

« Cuisiner, c'est quelque chose qui s'est un peu perdu. J'avais envie de créer un endroit où les gens pourraient venir parfaire leurs connaissances auprès de chefs reconnus, dans un climat agréable. J'ai amalgamé le meilleur de tous les endroits où j'ai pris des cours pour bâtir mon concept. »

Il a équipé ses locaux en soignant les petits détails qui font une grosse différence. Par exemple, chaque station a son matériel de pointe. En double. Et au-dessus du grand comptoir, une caméra en surplomb capte les démonstrations culinaires et les retransmet sur grand écran. Comme ça, tout le monde peut suivre. Et tout le monde peut ensuite mettre la main à la pâte... ou dans le riz collant!

Depuis 45 minutes maintenant, ça s'affaire autour des ilots avec les ingrédients fournis par le Cul de Poule. Ciboulette, asperges, avocats, poivrons rouges, saumon rose et crevettes corail se déclinent en sushis colorés.

 Les résultats ont de quoi mettre en appétit.

 « On aime beaucoup les sushis, mais on ne savait pas comment les cuisiner. Je trouve l'activité formidable. Ça permet de passer un moment ensemble dans un contexte ludique. Se retrouver en cuisine avec les enfants, c'est leur transmettre un héritage. Et quelle fierté, pour eux, de manger quelque chose qu'ils ont cuisiné! » dit la participante Marie-Josée Hotte. Ses filles, Marianne et Gabrielle ont 15 et 11 ans. Elles assistent à l'atelier avec leur cousine de 13 ans, Sandrine, et les parents de celle-ci, Éric Loubier et Caroline Choinière. La matinée a des allures de party de famille. Un party bien sympa.

« Ça fait longtemps que j'avais envie de faire une activité du genre avec ma fille. La cuisine, c'est une passion qu'elle a depuis longtemps. Elle s'inscrit aux camps de l'Académie culinaire, l'été, tellement elle aime ça. C'est agréable d'avoir maintenant un lieu comme celui-ci à Sherbrooke », note Éric.

Coup d'oeil au plateau de sushis qu'ils ont confectionnés en famille : ce n'est manifestement pas la première fois qu'ils manipulent le poisson cru et l'algue noire.

« On en a déjà fait, mais ce qu'on a appris ce matin nous permet de raffiner notre technique. On repart avec des trucs qui vont nous faciliter la vie lors de notre prochaine soirée de sushis », note Caroline.

Ils repartent aussi avec un plein plateau de makis pour la maison. La beauté du concept, c'est aussi de goûter.

Pendant les ateliers, Daniel Chassé se promène de... (Spectre Média, Marie-Lou Béland) - image 3.0

Agrandir

Pendant les ateliers, Daniel Chassé se promène de station en station pour prodiguer trucs et conseils. Ma fille et moi avons pu peaufiner notre technique de roulage grâce à ses précieuses indications.

Spectre Média, Marie-Lou Béland

Le Cul de Poule parce que...

« C'est le bol le plus utilisé en cuisine! », résume Daniel Chassé.

Ouvert depuis près de six mois, l'établissement sherbrookois travaille de concert avec plusieurs chefs de la région pour offrir des soirées thématiques ainsi que des ateliers de dégustation et de formation variés. Les formules sont éclatées et peuvent s'adapter aux besoins des groupes qui réservent pour une occasion spéciale (party de famille ou de bureau, activité pour resserrer les liens d'équipe, soirée entre amis, etc.). Les matinées parent-enfant, elles, ont lieu deux samedis par mois et les thèmes varient de fois en fois. En mars, chocolats de Pâques ainsi que pâtes fraîches et pâte à pizza sont au menu des activités familiales offertes. Pour plus d'infos, visitez la page Facebook de l'entreprise ou le site web : www.leculdepoule.com.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer