Pop citrouilles

Chronique / C'est une mal-aimée. On la charcute pour en faire des lanternes, on... (Imacom, Jocelyn Riendeau)

Agrandir

Imacom, Jocelyn Riendeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Karine Tremblay</p>
Karine Tremblay
La Tribune

(Sherbrooke) Chronique / C'est une mal-aimée. On la charcute pour en faire des lanternes, on la fait poireauter comme une courge (qu'elle est!) sur le perron le soir d'Halloween, mais on ne prend pas toujours le temps d'apprêter sa chair si riche en vitamine A. La pulpeuse citrouille n'est pas très sexy dans nos cuisines québécoises. Au grand dam de l'auteure Louise Gagnon (Sous le charme des courges et des citrouilles), qui a lancé la rigolote, mais pleine de sens, page Facebook Sauvons les citrouilles. Ce faisant, elle invite les Québécois à apprêter la potelée plante potagère au lieu de l'envoyer tout droit engraisser le compost, demain.

Oui, mais. Il y a un mais. Le souvenir de plats plutôt fades et sans caractère ont teinté les premières bouchées citrouillesques de plusieurs fines bouches. Moi la première. « On tripes-tu tant que ça sur les citrouilles? », me disent déjà les plus réfractaires.

Tant que ça, probablement pas. On devrait peut-être.

Regard du côté de nos voisins du Sud, où la citrouille et sa proche cousine la courge font régulièrement partie du menu. La tarte à la citrouille est à leur automne ce que la croustade de pommes est au nôtre. Dans à peu près tous les livres de cuisine anglophones que j'ai à la maison (et j'en ai beaucoup!), on cuisine l'orangé légume.

« C'est très ancré dans la culture anglophone », confirme le producteur maraîcher Stéphan Perreault. Lorsque le Windsorois a décidé de se lancer dans la culture de citrouilles à grande échelle, il répondait en fait à une demande américaine. Encore aujourd'hui, il y exporte une très large part de sa production. « Ici, au Québec, plusieurs me disent qu'il n'y a pas si longtemps encore, on donnait les citrouilles aux cochons parce qu'on ne savait pas quoi en faire », note la copropriétaire de l'entreprise familiale, Sylvie Bolduc.

Celle-ci a plus d'une recette dans son sac pour redonner du pep aux cucurbitacées d'automne.

Elle suggère d'essayer son originale recette de citrouille glacée, un plat d'accompagnement qui fera fondre même les plus sceptiques :

4 t. de citrouille coupée

en cubes

1 oignon émincé

3/4 t. de raisins secs

3/4 t. d'huile d'olive

1/2 t. d'eau

1/4 c. à thé de cannelle

1/3 t. miel

Préchauffer le four à 225 degrés F. Déposer les cubes de citrouille dans un plat allant au four. Étendre dessus oignon, raisins, huile, cannelle et miel. Verser l'eau. Cuire au four, à découvert, environ 4 heures, en ajoutant de l'eau au besoin. Servir en accompagnement sur un riz ou un couscous.

Un navet d'Halloween?

Vous ragez après l'écorce trop dure de votre charmante courge charnue? Pensez qu'avant de jeter leur dévolu sur la citrouille, il y a bien longtemps, les Anglais sculptaient... des navets! Certains, à l'office du patrimoine anglais prêchent d'ailleurs ces jours-ci pour un retour à l'ancienne tradition. Leurs couteaux doivent être bien mieux affûtés que les miens. Leur patience aussi!

Une citrouille... turquoise?

Si vous apercevez ce soir quelques citrouilles décorées dans la palette turquoise, ce n'est pas une lubie passagère pour la couleur « bleu Cape Cod ». C'est un mouvement lancé aux États-Unis qui gagne en popularité au Québec et qui indique aux enfants allergiques qu'à cette adresse, on leur donnera des surprises non alimentaires, donc sécuritaires pour eux.

Une citrouille... turquoise?

Si vous apercevez ce soir quelques citrouilles décorées dans la palette turquoise, ce n'est pas une lubie passagère pour la couleur « bleu Cape Cod ». C'est un mouvement lancé aux États-Unis qui gagne en popularité au Québec et qui indique aux enfants allergiques qu'à cette adresse, on leur donnera des surprises non alimentaires, donc sécuritaires pour eux.

Chronique / C'est une mal-aimée. On la charcute pour en faire des... (123RF) - image 6.0

Agrandir

123RF

Le curcuma fait son frais

Restons dans la vague orange et jasons curcuma frais. Il a des airs de racine de gingembre, en robe un peu plus brunâtre, quand même. Une fois qu'il est pelé, impossible de se méprendre : son pigment orangé et son parfum dit tout de ses origines. Pour l'apprêter, mieux vaut le râper à la microplane. Et utiliser des gants de cuisine : j'ai encore du jaune plein les doigts, comme si j'avais fumé un paquet de gitanes! Dans les plats, on l'utilise comme le curcuma en poudre, en dosant toutefois la quantité étant donné que sa saveur est assez prononcée.

En librairie : du yogourt à toutes les sauces

On aurait pu s'attendre à une enfilade de classiques à base de yogourt style vinaigrette ranch et tzatziki. Pas du tout. Le nutritionniste Hubert Cormier a évité les raccourcis : sa cuisine au yogourt sort des sentiers battus et de l'attendu. Il propose une variété de plats dans lesquels il intègre son fétiche ingrédient, le yogourt. Et celui-ci est grec, la majorité du temps. Et il permet souvent de sabrer un peu dans les matières grasses.

Le titre n'exagère pas, sa table est festive et ses idées, simples et accessibles, se déclinent à l'heure du déjeuner, du souper et du dessert. Joliment illustré et agréable à parcourir, le bouquin propose des plats résolument végés (galettes de lentilles, falafels verts, assiette verte déconstruite) comme des mets à base de viande (tartare de saumon, risotto au yogourt, tomates et agneau braisé, poutine au magret de canard, poulet au beurre).

Testée, aimée : sa recette de bouchées de brownies au yogourt et à la compote de pommes, qui donne un résultat moelleux, fondant, pas trop sucré.

Celles que je me promets d'essayer sans tarder : son sorbet à la citrouille épicée (on reste dans le thème!) et ses étonnants rouleaux aux pommes, hummus et chocolat.

Ma déception : L'absence d'un chapitre sur la fabrication maison du yogourt. À l'ère où le fait main gagne en popularité, consacrer quelques pages à l'art de réussir son yogourt aurait été de bon ton.

Ma table festive - yogourt

Hubert Cormier

Édition La Semaine

200 pages

3 étoiles

Classiques biscuits à la citrouille

(recette fournie par les Plantations Stéphan Perreault)

1/2 t. de beurre mou

1 t. de cassonade

2 oeufs battus

2 t. de farine

1/2 t. de farine de blé entier

1 c. à thé de poudre à pâte

1/2 t. de pépites de chocolat, de dattes ou de raisins secs

gingembre, muscade, cannelle au goût

1 t. 1/2 de purée de citrouille

Préchauffer le four à 350 degrés F. Mélanger le beurre et la cassonade, ajouter les oeufs, puis les ingrédients secs. Terminer en incorporant la purée de citrouille. Déposer à la cuillère sur une plaque à biscuits. Cuire de 8 à 10 minutes sur la grille du haut.

Smoothie chaï à la citrouille

(recette fournie par Citrouilles et tournesols et inspirée par Sol Cuisine)

1 t. 1/2 de lait d'amande

1/3 t. de purée de citrouille

1 banane bien mûre

1 poignée de dattes

1 c. à soupe de graines de chia

1 pincée de chacun : cannelle, muscade, gingembre en poudre

2 gouttes d'essence de vanille ou 1 c. à soupe de protéine végétale à la vanille (facultatif)

Quelques cubes de glace

Fouetter tous les ingrédients au mélangeur. Servir bien frais.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer