SOS : Mission sauvetage

Puisqu'elle engendre souvent un épisode de gel, la pleine lune de mai est un événement critique dans la vie d'une vigne. Justement, c'est aujourd'hui.

Le beau temps hâtif du printemps donne envie aux vignes de se dégourdir. On les comprend. Sauf que le débourrement de la vigne (sortie des bourgeons) est une étape extrêmement charnière. Une gelée tardive après du beau temps peut s'avérer fatale pour la récolte. En effet, un gel considérable risque de faire tomber les bourgeons et les petites feuilles, compromettant ainsi gravement la production. Résultat : des pertes financières dures à absorber pour les vignerons.

Heureusement, les vignerons disposent de quelques recours pour sauver le fruit de leur dur labeur. Plusieurs sont d'ailleurs assez spectaculaires! Comme le gel atteint son plein potentiel la nuit, les travailleurs de la vigne déploient leurs efforts souvent sous un ciel noir. Des techniques coûteuses en sous et en heures de sommeil certes, mais qui valent assurément le coup.

Tous les moyens sont bons afin d'arriver à sauver ce qui sera le vin de demain. Certains allumeront des feux entre les rangs pour hausser la température d'un ou deux degrés. D'autres mettront en marche des machines à vent pour amener l'air chaud au sol. Quelques-uns aspergeront les vignes d'eau. De cette façon, la température des bourgeons et des feuilles ne descend pas sous 0 °C.

Et il y a la technique pas de « niaisage » qui coûte de gros bidous : l'hélicoptère. Celui-ci tournera au-dessus du vignoble toute la nuit afin de déplacer les masses d'air. Prière de fournir des bouchons d'oreilles aux voisins. Aux grands maux, les grands moyens, comme on dit.

Le vigneron doit être très au fait des prévisions météorologiques. En effet, il ne sait jamais ce qui va lui tomber sur la tête et ainsi lui gruger du profit. La grêle fait aussi partie de ses pires cauchemars. Une triste réalité qui s'est abattue sur Chablis en France ce mois-ci où des parcelles entières ont été décimées. Une véritable catastrophe pour des vignerons qui avaient subi un épisode de gel déjà cette année. Parmi les plans de sauvetage possibles : le canon à grêle, le filet paragrêle et la prière.

Vous avez des questions ou des commentaires? Suivez-moi sur Twitter @carolinechagno1 ou écrivez-moi à caroline.c.chagnon@gmail.com.

Puisqu'elle engendre souvent un épisode de gel, la pleine lune de... (fournie) - image 2.0

Agrandir

fournie

Suggestion de la semaine

Touraine, Sauvignon blanc, Domaine Bellevue (Code SAQ : 10 690 404 - 16,60 $)

Voilà un sauvignon blanc qui en confondrait plus d'un à la dégustation à l'aveugle! Cépage à la couleur habituellement jaune-vert, il dissimule ici bien sa personnalité sous une teinte pêche dorée. Sa jolie robe, il la doit à une macération pelliculaire - mise en contact des peaux de raisin avec le jus - de 12 h, procédé permettant d'extraire des pigments et du même coup un maximum d'arômes. Au nez, il apparaît telle une explosion de fruits mêlant la pêche, la papaye et l'ananas. Toutefois, on le démasque plutôt bien en bouche grâce à ses arômes herbacés et de pamplemousse, typiques du sauvignon blanc. D'une belle vivacité, il se termine dans une longueur persistante. Un vin qui marie bien les asperges, c'est digne de mention.

image title
Fermer