Tailler pour mieux produire

La vigne est une plante liane. Livrée à elle-même, non seulement elle rampera dans tous les sens, mais deviendra-t-elle aussi moins fructifère.

Sans la taille, les bois s'allongent et la végétation prend le dessus sur la production de fruits. Cette étape est donc un mal nécessaire pour obtenir de beaux raisins. Couper pour mieux produire, tout un paradoxe! Sans parler que les branches au sol risqueraient de créer de nouvelles racines non protégées par le porte-greffe du pied principal. Une belle invitation au phylloxéra (puceron hautement ravageur)!

Pratiquée normalement l'hiver, dès la tombée des feuilles ou au printemps, pendant que la vigne est en repos, la taille consiste à débarrasser la plante des bois de l'année précédente. Un certain nombre de bourgeons est alors privilégié afin d'établir le ratio feuilles-grappes idéal. Le vigneron taillera de sorte à favoriser l'ensoleillement des grappes dans les régions où les raisins peinent à arriver à maturité. Ou, au contraire, optera pour un feuillage dense là où le soleil a tendance à brûler les fruits.

Le climat est un facteur décisif quand vient le temps de choisir le type de taille. Une taille basse au feuillage abondant convient aux milieux secs ou venteux, comme à Châteauneuf-du-Pape, au sud de la France. À l'opposé, une taille haute conviendra aux zones humides et propices aux gels printaniers afin d'étaler les feuilles, éloigner les grappes du sol et éviter les risques de pourriture. Le cépage sera également considéré dans l'équation. Tandis que certaines espèces vigoureuses parviennent à se supporter elles-mêmes, d'autres aux bois plus souples nécessitent un support artificiel pour bien se tenir (fil ou bâton).  

En Estrie à Ulverton, le vignoble Les Vallons de Wadleigh, où je prêtais justement main-forte la semaine dernière, effectue présentement la taille des vignes. Eh oui, même si le thermomètre indique -10 °C, la vigne requiert des soins! Alors, on sort les chauffe-mains et les chauffe-pieds et on attaque à grands coups de sécateurs. Il s'agit d'un travail de dur labeur puisque la sève gelée rend la coupe ardue. Accroupis ou à genoux, les travailleurs effectuent la tâche dans une position rarement confortable. Bonjour les courbatures dans les mains, le dos et les jambes!  

Au terme de l'opération, les corps morts jonchent le milieu des rangs. Ceux-là seront ramassés, puis brûlés ou déchiquetés pour éviter que les bois malades ne contaminent les plants.

Vous avez des questions ou des commentaires? Suivez-moi sur Twitter @carolinechagno1 ou écrivez-moi à caroline.c.chagnon@gmail.com.

La vigne est une plante liane. Livrée à elle-même, non seulement... (Fournie) - image 2.0

Agrandir

Fournie

Suggestion de la semaine

Pelee Island, Eco, Pelee Island Winery (Code SAQ : 12 698 629 - 10,95 $)

En quête de nouveauté à la SAQ? Jetez votre dévolu sur ce vin tout neuf du vignoble Pelee Island situé sur l'île du même nom en Ontario. Le trio vidal, chardonnay et geisenheim en met plein la bouche. Au nez, une véritable explosion de fruits où dominent l'ananas et l'abricot. Un blanc désaltérant et léger qui brillera aux côtés d'une pizza aux fruits de mer ou d'un poisson frit. À sortir aux premières lueurs de chaleur printanière!

image title
Fermer