Tout n'est pas rouge ou blanc

Petits, on enviait les grands, car eux pouvaient boire du vin. Pourtant, même adultes, certains ne profitent pas de ce privilège. Ils n'en apprécient pas particulièrement le goût ou consomment exclusivement du rouge ou du blanc. Eh oui, cela peut arriver aux meilleurs d'entre nous!

Je respecte les goûts. Chacun est libre de boire ce qu'il veut. Mais parfois, j'ai eu recours à quelques ruses pour amener des amis du bon côté de la force. C'est toujours plus plaisant de partager une bonne bouteille à deux, non? Je dépose donc ici quelques trucs pour aider vos proches, ou vous-même, à apprivoiser le vin!

Idéalement, on attaque de petites montagnes avant de gravir l'Everest. Optez donc pour des vins faciles et doux pour le palais. L'idée est de pouvoir bien sûr apprécier le vin, mais aussi d'arriver à décortiquer des arômes simples pour graduellement gagner de la confiance en soi et prendre plaisir à la dégustation. Vous pouvez décider d'en ouvrir une à la fois ou en comparer plusieurs en même temps. À vous de voir. Aussi, faites vos débuts avec des bouteilles abordables.

Dans l'ensemble, les vins du Nouveau Monde (États-Unis, Australie, Chili, Argentine, Afrique du Sud) constituent un bon point de départ. Personnellement, j'ai souvent eu du succès avec les Californiens puisqu'ils sont charmeurs et faciles d'approche. Aussi est-il préférable de débuter avec des vins de monocépages, soit des bouteilles ne contenant qu'une seule variété de raisin, pour apprendre à connaître vos cépages préférés.

Pour vous familiariser avec le rouge, tournez-vous vers des vins fruités, jeunes et peu tanniques (pastilles « Fruité et léger » et « Fruité et généreux »). Puis, progressivement, vous pourrez essayer des vins plus tanniques, plus corsés et des vins du Vieux Monde (France, Italie, Espagne, Portugal). Autre piste intéressante pour appâter un débutant : les vins du Beaujolais et de la Bourgogne.

Quant aux blancs, vous en êtes moins adeptes. Suffit de voir la diversité de l'offre à la SAQ en comparaison aux rouges. Je crois que les seconds sont plus faciles à aimer. De mon côté, je n'ai bu que du rouge pendant longtemps. J'ai tranquillement changé mon fusil d'épaule en buvant des blancs doux (sucrés) alsaciens. Peu à peu, j'ai commencé à affectionner les vins plus secs et plus acides. Comme on mettrait du sucre dans son café pour camoufler l'amertume. Heureusement, aujourd'hui j'aime tous les types de blancs.

Les stratégies sont nombreuses. Trouvez la vôtre!

Vous avez des questions ou des commentaires? Suivez-moi sur Twitter

@carolinechagno1 ou écrivez-moi à caroline.c.chagnon@gmail.com

Petits, on enviait les grands, car eux pouvaient boire du vin.... (Fournie) - image 2.0

Agrandir

Fournie

Suggestion de la semaine

Alentejo, Herdade das Albernoas (Code SAQ : 10803051 - 10,75 $)

Voilà un bon point de départ! Pour 10 $, le pari est moins risqué que d'aller au cinéma. C'est un vin du Vieux Monde, mais vous verrez, il a tout ce qu'il faut pour plaire aux dégustateurs en herbe. Au nez, amusez-vous à reconnaître les notes de confiture de cerise, de vanille et d'épices. Avalez une lampée pour détecter des tannins discrets, une belle acidité, des arômes fidèles à l'olfaction et beaucoup de plaisir! Attention, vous risquez d'y prendre goût!

image title
Fermer