Un vent de réchauffement

Chronique / Le réchauffement climatique a déjà transformé la planète vin et continuera à le faire dans les années à venir. Les phénomènes climatiques tels que la chaleur extrême et la sécheresse soutenue s'intensifient. Sans oublier la grêle qui donne de plus en plus de fil à retordre aux vignerons, notamment en Bourgogne. Est-ce que les meilleurs terroirs d'aujourd'hui seront les mêmes qu'en 2065?

Alors qu'en France les vendanges ont lieu de deux à trois semaines plus tôt qu'il y a trente ans selon l'Institut national de la recherche agronomique, au Québec, des vignerons comme Réjean Lampron, propriétaire du Vignoble Clos Sainte-Thècle en Mauricie, disent profiter de deux semaines de plus qu'il y a dix ans, nous apprenait récemment Radio-Canada.

Cette maturation, accélérée pour l'un et prolongée pour l'autre, change la structure des vins et leur profil aromatique. Les baies sont plus sucrées et moins acides, entre autres. Parmi les autres conséquences : rendement des vignes à la baisse, cépages actuels moins adaptés et menace grandissante de la maladie et des insectes.

Et pour nos vignerons québécois, ça veut dire quoi? Comme le gel arrive plus tard, la période de maturité de la vigne s'en trouve bonifiée, avec pour conséquence des arômes plus mûrs et un meilleur équilibre acidité-tannin-sucre. D'ailleurs, si la tendance se maintient, nos vignerons gagneront encore deux semaines d'ici 15-20 ans. Ça pourrait vouloir dire l'intégration de plus en plus grande de Vitis vinifera, c'est-à-dire des cépages dits « internationaux » comme le pinot noir, le riesling et le gamay.

Récemment, le Comité interprofessionnel des vins de Bordeaux s'est dit ouvert à une modification de la réglementation permettant l'introduction, à titre expérimental, de cépages étrangers aux appellations d'origine contrôlée (AOC) comme solution au changement climatique. C'est pas rien.

Plus au sud, dans le Languedoc, des vignerons observant le taux d'alcool de leurs vins augmenter ont décidé de planter en altitude pour offrir fraîcheur aux vignes. Reste que nombre de régions viticoles devront s'adapter. Alors qu'au sud certains devront revoir leur stratégie, de nouvelles régions viticoles verront le jour dans le nord. On pourrait voir émerger l'Angleterre ou la Russie comme pays producteurs. Le malheur des uns fait le bonheur des autres comme on dit!

Cette situation pour le moins préoccupante mobilise les acteurs du vin de par le monde. Chaque région viticole envisage diverses solutions telles que l'intégration de cépages plus tardifs ou moins sucrés, l'utilisation de l'irrigation, l'ajout de levures limitant la transformation du sucre en alcool et la modification de la réglementation. Que goûtera le vin dans 50 ans? Seul l'avenir le dira!

Chronique / Le réchauffement climatique a déjà transformé la planète... (fournie) - image 2.0

Agrandir

fournie

Suggestion de la semaine

Québec 2011, Vin blanc, Le Cep d'Argent (Code SAQ : 741 181 - 14,35 $)

Champenois d'origine, les frères Scieurs sont établis à Magog dans les Cantons-de-l'Est depuis 1987. Fils d'une famille de vignerons, ils ont le vin dans le sang et ça se sent! Leur vin blanc combine le seyval blanc et le vidal. Au nez, c'est floral et minéral en plus de sentir l'abricot. En bouche, l'acidité est vive et la texture est presque ronde. Amateur de bulles? Trempez les lèvres dans l'un de leurs mousseux, c'est de la grande finesse! La pomme n'est pas tombée trop loin de l'arbre!

image title
Fermer