Les ennemis jurés du vin

17189821 - wine and cheese...

Agrandir

17189821 - wine and cheese

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) CHRONIQUE / Aussi sympa puisse-t-il être, le vin compte de dangereux ennemis capables de le mettre dans de sales draps, voire de le zigouiller sur-le-champ. Je ne parle pas d'un liège défectueux ou d'un verre malodorant, mais d'un mal insidieux, un mal qui se cache dans votre assiette, à votre insu.

Dire de certains aliments qu'ils ne s'accordent pas bien avec le vin est un euphémisme. Ils transforment sans scrupule de nombreux vins, même les meilleurs, en de vulgaires piquettes. Si vous tentez un mariage forcé avec les asperges, les artichauts, les oignons, les oeufs, les vinaigrettes et l'ail, cela risque fort bien de terminer en noces rouges. Heureusement, le monde du vin étant vaste, chacun arrive à trouver chaussure à son pied, ou presque.

L'amertume de certains légumes, telle que l'asperge blanche pose un évident défi, mais surmontable, notamment avec le muscat d'Alsace. Ce vin blanc sec très aromatique sauvera les meubles en gommant l'amertume de son fruit. Quant à l'asperge verte, au goût plus prononcé que la blanche, elle appelle un sauvignon blanc à l'acidité et aux arômes végétaux prononcés.

Avec les oignons, rien ne vaut un sylvaner ou un pinot blanc. Leur acidité vive et leur fruité délicat feront la part belle à une tarte à l'oignon en plus de consoler le cuisinier. Dans le même ordre d'idées, l'ail, souvent utilisée à outrance, spécialement dans les mets d'inspiration provençale, peut s'avérer très toxique. Un vin est toutefois venu à bout de dompter la gousse : le rosé. Voilà une bonne nouvelle pour les amoureux du beurre à l'ail et de l'aïoli! Et quoi boire avec l'artichaut? Le sauvignon blanc et le sylvaner cités précédemment devraient s'en tirer à bon compte.

On ne se racontera pas de salades, entre la vinaigrette et le vin, c'est compliqué. Limitez les dégâts en servant des blancs secs, vifs, simples, fruités et aromatiques comme un muscadet, un picpoul de pinet, un vinho verde ou un soave avec vos salades.

Avec les oeufs, il n'y a pas cinquante et une solutions. La plus intéressante demeure les bulles. À l'heure du brunch, retenez que les cidres effervescents c'est aussi top avec une omelette!

CHRONIQUE / Aussi sympa puisse-t-il être, le vin compte de... (Photo fournie) - image 2.0

Agrandir

Photo fournie

Washington 2015

Vino Rosso, Charles Smith

SAQ : 13 284 305 - 18,20 $

Agent de groupe rock devenu vigneron, Charles Smith élève maintenant les raisins au rang de stars. Il élabore des crus originaux et bourrés de fruits, dont les Kungfu Girl, Boom Boom et The Velvet Devil, dans l'État de Washington aux États-Unis. Le nom à consonance italienne - Vino - est un joli clin d'oeil au 30 % de sangiovese qui complète le cabernet sauvignon. Le nez est une véritable bombe de fruits! Ça sent la mûre, la framboise et les pâtisseries. Les tannins sont présents, mais la bouche n'est pas trop corsée. Attention, la bouteille disparaît rapidement. Du bon jus à déguster avec une pizza au canard ou un burger aux oignons confits.

CHRONIQUE / Aussi sympa puisse-t-il être, le vin compte de... (Photo fournie) - image 3.0

Agrandir

Photo fournie

Chablis 2015

Simonnet-Febvre

SAQ : 10 864 970 - 25,95 $

À Chablis, les sols composés de coquillages fossilisés donnent une expression unique aux vins. Ils apportent au chardonnay minéralité et finesse, deux qualités qui font la renommée des blancs de la région. Fondée en 1840, puis reprise par la maison Louis Latour il y a de cela quelques années, la maison Simonnet-Febvre élabore ce chablis aux notes de citron, gingembre et acacia. La bouche dotée d'une grande fraîcheur et d'une texture ronde se mariera joliment à un poisson meunière.

CHRONIQUE / Aussi sympa puisse-t-il être, le vin compte de... (Photo fournie) - image 4.0

Agrandir

Photo fournie

Brunello di montalcino 2009

Ugolforte, San Giorgio

SAQ : 12 393 155 - 54 $

Voilà une bouteille italienne pour se faire plaisir ou à savourer en bonne compagnie avant la fin des vacances. Si vous aimez le sangiovese, vous serez tout simplement conquis. Le nez envoûte de ses arômes de fleurs séchées, de réglisse, de torréfaction et de sous-bois. Les tannins sont fermes, mais fondus, et l'acidité se fait douce. La finale est longue à souhait. Prêt à boire.

Vous avez des questions ou des commentaires? Écrivez-moi à caroline.chagnon@gcmedias.ca.




À lire aussi

  • <em>L'autre Bordeaux</em>

    Le Mag

    L'autre Bordeaux

    CHRONIQUE / Les grands rouges et les blancs liquoreux font la renommée du vignoble bordelais. Tellement qu'ils éclipsent les autres vins qui y sont... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer