Séjour trop bref dans la capitale anglaise

Lorsque le soleil se pointe le bout du... (Photo La Tribune, Isabelle Pion)

Agrandir

Lorsque le soleil se pointe le bout du nez à Londres, on en profite pour immortaliser les grands classiques de la capitale.

Photo La Tribune, Isabelle Pion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Londres) J'ai poussé un soupir en quittant Londres : que de choses à voir! Quatre jours dans la capitale britannique et j'ai l'impression de n'avoir fait qu'un bref survol de ce qu'elle a à offrir. Si on s'intéresse un tant soit peu à l'art, à l'histoire ou à l'architecture, les lieux d'intérêt se multiplient à vitesse grand V. Petit survol de cette visite.

Un détour au hasard

Ce n'était pas prévu, mais ce fut une belle découverte : une promenade dans le quartier chinois londonien, où j'ai déambulé dans les rues décorées de lanternes rouges. Il s'agirait du plus vieux quartier chinois européen. De là, on est tout près de Picadilly Circus, cette aire animée qui peut avoir des airs de Times Square, à plus petite échelle. Ceux et celles qui aiment lécher les vitrines trouveront leur compte sur Regent Street.

Un coup de coeur 

L'ancien premier ministre anglais Winston Churchill est un personnage marquant dans l'histoire. On saisit encore mieux l'ampleur de cet homme en visitant le Churchill War Room, qui s'intéresse à l'histoire de l'homme d'État. Et quelle vie que celle de Winston Churchill! L'homme politique a notamment été soldat, journaliste, politicien, lauréat du prix Nobel de littérature...

Le musée nous amène dans les quartiers généraux des décideurs britanniques pendant la Seconde Guerre mondiale, dans un bunker où d'importantes décisions stratégiques ont été prises. On y voit notamment la pièce où Churchill pouvait s'entretenir avec le président américain Roosevelt et communiquer directement avec lui. On en apprend aussi sur la vie de ceux qui travaillaient dans ces quartiers généraux, où l'air se faisait rare. Le bunker, composé d'une trentaine de salles, comprend aussi la chambre de Churchill, sa cuisine, etc. Passionnée de Deuxième Guerre, je m'étais dit que je n'avais d'autre choix que d'y faire un arrêt... et ce fut au final un excellent choix!

De nombreux parcs urbains 

Une promenade dans Notting Hill, ce quartier huppé aux façades colorées, m'a amenée jusqu'à Kensington Gardens, cet immense parc bordant Kensington Palace, où résident le prince William, petit-fils de la reine Elizabeth II, et sa famille. Cette vaste étendue fut d'ailleurs à une certaine époque le parc privé de Kensington Palace. On peut visiter des appartements du palais... mais pas ceux de William et Kate. C'est suffisamment grand pour cela!

J'ai toutefois préféré le charme de James Park's, ce parc situé tout près de Buckingham Palace, là où les fleurs contrastaient avec la grisaille londonienne. Le parc n'est pas immense, mais les oiseaux sont nombreux et la vue sur London Eye, la grande roue de la capitale, est particulièrement jolie.

Les nombreux contrastes : c'est entre autres ce qu'on aime de cette ville, comme ces emblématiques cabines téléphoniques rouges dispersées dans une mer de monde parlant au cellulaire.

Les classiques

Évidemment, il y a les grands classiques, comme le palais de Westminster, qui a d'abord servi de résidence royale principale entre le 11e et 16e siècle avant de servir de parlement.

La chambre des lords, construite dans un pimpant style gothique, est particulièrement spectaculaire. Une fois par an, la reine s'y assoit pour livrer un discours.

Si vous tenez absolument à visiter les lieux, réservez au moins quelques jours à l'avance, car les horaires varient en fonction des activités au parlement.

L'abbaye de Westminster est l'une des plus grandes églises au monde. C'est aussi là où l'on couronne les souverains depuis 1066 : 38 couronnements depuis cette année-là, dont celui de la reine Elizabeth II en 1953.

L'abbaye a aussi été le théâtre de 16 mariages royaux, en plus d'être le lieu de sépulture de nombreux rois et reines. Plus de 3500 hommes et femmes, des figures marquantes du pays, y seraient enterrés.

Si vous ne voulez pas payer pour la visite, vous pouvez toujours assister à l'un des services religieux!

Par ailleurs, si vous rêvez de visiter Buckingham Palace, sachez que vous devez y aller en août ou en septembre, car il est fermé au public en dehors de cette période.

J'ai poussé un soupir en quittant Londres. J'ai vu tant de choses... et si peu à la fois. Je n'aurai d'autre choix que de revenir.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer