Une union parfaite entre frisbee et golf

À Westbury, on peut maintenant jouer au disc-golf... (Fournie, Nil Lévesque)

Agrandir

À Westbury, on peut maintenant jouer au disc-golf au coeur de la forêt.

Fournie, Nil Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Matthew Vachon
La Tribune

(Westbury) Un sport qui allie le lancer du frisbee et les principes de base du golf, ce n'est pas de la science-fiction. C'est un sport qui se nomme le disc-golf et il est possible d'y jouer à la Vallée heureuse Mont Élan.

Pour les non-initiés, la ressemblance avec le golf est tout à fait frappante. « Les principes de base sont les mêmes, mais il n'y a pas de balle, de bâton et de trou. Tout cela est remplacé par des frisbees, nos bras et des paniers. Le but est de lancer le frisbee, aussi appelé disque, dans le panier. D'ailleurs, ces paniers sont de niveau professionnel, le même genre que l'on utilise lors des tournois. Les disques utilisés sont également plus petits, plus lourds et plus rigides », relate le copropriétaire de la Vallée heureuse Nil Lévesque à Westbury.

D'ailleurs, la rigidité augmentée des disques est un atout majeur puisque, en plus d'être le seul endroit où l'on peut pratiquer ce sport en Estrie, la Vallée heureuse est le seul parcours de 18 trous complètement boisé au Québec.

« Il existe d'autres parcours de ce style, mais ils sont aussi utilisés pour le golf. Par la suite, notre terrain est beaucoup plus technique et difficile. Les coups sont moins longs, mais les allées ne sont pas très larges. Le maximum de coups alloués est quand même de 10 comme au golf », ajoute M. Lévesque.

Et ce parcours n'a pas été dessiné au hasard. En effet, les propriétaires Nil Lévesque et sa conjointe Andrée Boisvert ont choisi de vrais experts pour y arriver.

« Pour élaborer notre parcours, nous avons eu recours à des personnes qui sont sur le circuit Québec disc-golf tour. Les trous varient entre 80 pieds et 540 pieds. Les frisbees sont également adaptés à notre terrain », révèle le copropriétaire.

Un sport qui vaut le détour

Malgré l'inconnu qui entoure encore ce passe-temps, M. Lévesque croit à l'émergence de ce projet. « Notre idée a été financée seulement par le privé. Nous trouvons que c'est un beau sport très agréable qui se pratique au milieu des arbres et des feuilles. Ça nous fait découvrir nos forêts et ça nous fait marcher. »

Le fait que ce sport soit accessible à une importante tranche de la population contribue également à l'émergence de cette discipline sportive de plein air. « La catégorie d'âge pour ce sport peut aller de 8 ans jusqu'à 75 ans environ sans problème. Pour preuve, nous avons des saisonniers qui sont âgés de 70 et 72 ans qui jouent régulièrement ainsi qu'une jeune fille de 9 ans qui est très performante », vante le copropriétaire de la Vallée heureuse.

De plus, les aspects temps et dépense d'énergie parlent en faveur de cette activité. « Pour les 18 paniers, c'est possible de le faire en 1 h 15 ou 1 h 30. C'est donc plus court et plus facile d'y jouer. Cependant, nous n'avons pas de voiturettes, donc les personnes doivent marcher pour se déplacer sur le parcours. C'est bon pour la cardio et la santé en général », fait valoir M. Lévesque.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer