Sur les traces du passé à La Havane

Les américaines classiques sont très nombreuses à La... (La Tribune, René-Charles Quirion)

Agrandir

Les américaines classiques sont très nombreuses à La Havane comme ici près du théâtre national.

La Tribune, René-Charles Quirion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(La Havane) Lieu mythique tant cité dans la littérature ou pour ses nuits endiablées, siège du gouvernement cubain et ville coloniale, La Havane est à la fois moderne, historique, mais surtout incontournable à Cuba.

Les agences touristiques offrent des tours guidés vers la capitale, certains même avec un spectacle en soirée. Pour environ le même prix, soit environ 70 CUC (la valeur de la devise cubaine est basée environ sur la valeur de l'euro), il y a possibilité de dénicher un chauffeur avec un guide francophone. Une alternative intéressante au groupe organisé.

C'est la formule que nous avons privilégiée à défaut de partir avec le bus local.

Pour une première expérience à La Havane, notre chauffeur Alberto s'est pointé au volant d'un Chevrolet Bel Air 1956 avec Ida, notre guide.

Connaissant les us et coutumes cubains sur le bout de ses doigts, Ida s'est avérée la personne parfaite pour répondre aux questions tant historiques, politiques que culturelles.

En étant à notre cinquième voyage au pays de Fidel, il était plus que temps de fouler les rues de La Havane, dont certaines rendues célèbres par Ernest Hemingway.

Les nombreux touristes affluent d'ailleurs au bar La Bodeguita Del Medio pour y boire un Mojito ou y déguster un Daiquiri à La Floridita, deux lieux fréquentés par l'auteur du Vieil homme et la mer. La foule s'agglutine autour des photos d'Hemingway où l'ambiance musicale ajoute à ces lieux.

La légende veut que l'on dirigeait l'auteur après une soirée bien arrosée jusqu'à son hôtel fétiche le Ambos Mundos.

Suivre la Calle Obispo permet aussi de passer du Vieja Havana au Centro, le Havana plus politique dans le secteur du Capitolio.

La vieille Havane permet de flâner dans ses rues pavées de pierres au rythme des principales places de la ville.

La restauration des bâtiments sur la Plaza Vieja est impressionnante. Des affiches permettent de découvrir l'avant et l'après.

« Yes, we came », le passage du président américain Barack Obama à La Havane n'est pas passé inaperçu. Certains artisans de la Plaza de Armas le rappellent sur t-shirt et affiches à cette effigie. Le président américain est aussi passé par la cathédrale San Cristòbal, le saint patron de La Havane, un autre magnifique édifice de la vieille ville.

« Nous n'avons rien contre les Américains. Pas plus que nous n'avons peur de perdre notre culture », explique Ida qui ne craint pas que les McDonald et autres symboles américains ne défigurent la capitale.

Au fil des rues, ne manquez pas de goûter au Churros, une pâte de blé frite saupoudrée de sucre... Un délice pour moins de 1 CUC que notre guide d'un jour nous a fait découvrir.

Qui dit La Havane, dit aussi Plaza de la Revoluciòn, place qui peut contenir des centaines de milliers de Cubains lors des grands rassemblements. Si l'obélisque central est défié au héros national Jose Marti, deux édifices gouvernementaux sur le pourtour affichent les images de deux leaders de la révolution cubaine Camilo Cienfuegos et l'emblème de la victoire de juillet 1959, Ernesto Cheguevara, El Ché.

« Nous ne voyons pas cela comme un problème qu'il n'y ait pas d'élections. Les décisions sont prises en fonction de ce qui est bon pour le peuple. À Cuba, nous sommes fidelistes », avance Ida.

De la Place de la Révolution, l'avenue Bolivar conduit vers le Capitolio. C'est dans ce secteur que se trouve la plus forte concentration de vieilles voitures américaines sorties tout droit du film Les Bagnoles.

Au même coin de rue près du Parque Central peuvent être alignées Chevrolet des années 50, la calèche à chevaux et une plus récente Hyundai.

Tout comme le Vieja Havana, une partie du Malecòn, la rue qui ceinture la ville en bordure de mer, sont inscrits au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Les dix premiers blocs à partir de la vieille ville sont régulièrement submergés par les hautes vagues et balayés par les forts vents du détroit de la Floride. La route panoramique, où ont été tournées des scènes du film d'action Rapide et Dangereux 8 à paraître en 2017, mène à l'ambassade américaine, à l'hôtel Nacional et aux hôtels internationaux de La Havane moderne.

Sur le chemin du retour vers Varadero, Ida propose un détour à la forteresse qui date de 1630. Fortification qui protégeait le conquérant espagnol des attaques des pirates à partir de la baie de La Havane.

Une seule journée à La Havane permet d'en faire un tour intéressant. Mais pour l'explorer davantage, on s'est promis d'y descendre plus d'une journée dans l'une des nombreuses casas particulares et de la vivre de jour comme de nuit.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer