Des «chips» irréguliers

CHRONIQUE / S'il s'agit d'un sujet que vous avez déjà abordé, ne m'en... (Photo archives, La Tribune)

Agrandir

Photo archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Steve Bergeron</p>
Steve Bergeron
La Tribune

CHRONIQUE / S'il s'agit d'un sujet que vous avez déjà abordé, ne m'en voulez pas. J'ai appris qu'il ne faut pas utiliser le mot « régulier », largement employé comme calque de « regular » dans le sens d'« ordinaire », comme pour l'essence, le format d'un cornet de crème glacée... Mais pour un café, le mot français « ordinaire » peut avoir une connotation de saveur moindre. Que croyez-vous être le bon terme?

Gérard Côté
Sherbrooke

Vous savez, en douze ans, il y a de moins en moins de sujets que je n'ai jamais couverts. J'ai effectivement déjà répondu à cette question... en 2006. En reparler ne devrait pas me valoir de plaintes.

Donc, oui, il ne faut pas confondre le sens français de régulier avec celui de regular. Régulier veut dire « conforme aux règles ». Pour vous aider, pensez toujours que l'antonyme est irrégulier (non conforme).

Ainsi, si l'essence ordinaire était une essence régulière, l'essence super serait une essence irrégulière (non conforme). Même constat pour les croustilles barbecue, qui ne sont pas « non conformes » par rapport aux croustilles... nature.

Vous pouvez aussi parler d'un format standard, d'un prix courant, des heures normales d'ouverture, des employés permanents...

Le problème avec le mot ordinaire, c'est qu'il est à la fois neutre et péjoratif. Il peut signifier normal, mais aussi banal, peu distingué, moyen. Au Québec, par ironie et probablement aussi par influence de l'anglais, il peut même être synonyme de médiocre, déplaisant, mauvais.

Il faut alors faire confiance au contexte, car si vous commandez un café ordinaire, personne ne devrait croire que vous souhaitez un café moins savoureux.

                                                                           ***

Les élus du « milieu » municipal aiment utiliser l'expression « monde municipal ». Est-ce correct?

Jean-Guy Dépôt

Orford

C'est vrai que le mot monde a une très longue définition, décourageante au premier abord. Mais j'ai fait le travail pour vous (après tout, c'est le mandat de cette chronique).

Donc, dans le Petit Robert, au point 3 du point III, on nous dit que monde peut être considéré comme synonyme de « milieu » ou de « groupement social particulier ». Il est donc accepté de parler du monde municipal, du monde des affaires, de monde des arts, etc.

Cela peut évidemment sembler paradoxal que le même mot désigne à la fois la Terre au complet et une portion de la société. Mais si vous vous rappelez mes chroniques de l'automne dernier, il semble qu'une synecdoque soit passée par là : le tout est considéré comme une partie.

Perles de la semaine

Quelques perles de rectitude politique qui circulent sur la toile (et probablement inventées de toutes pièces, mais quand même drôles)... Voici donc maintenant les nouvelles façons de dire...

Camping : hôtellerie en plein air.

Badminton : activité duelle,

médiée par un volant.

Courir : créer de la vitesse.

Apprendre à écrire : maîtriser

le geste graphomoteur et

automatiser progressivement

le tracé normé des lettres.

Nain : Personne à verticalité contrariée.

Questions ou commentaires? Steve.bergeron@latribune.qc.ca.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer