Vingt-six matchs pour faire lever la pâte

Si le Phoenix veut faire un bond de... (Archives La Tribune)

Agrandir

Si le Phoenix veut faire un bond de quelques places au classement, il devra compter sur les prouesses de son gardien Evan Fitzpatrick.

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Chronique / De l'avis général, et presque majoritaire, le Phoenix de Sherbrooke avait tous les outils, sur papier, pour terminer la quatrième campagne de son existence parmi les cinq premières équipes de la LHJMQ à l'issue de la présente saison.

Une équipe dont les principaux actifs arrivaient à maturité, une équipe avec du talent à l'attaque, une solide brigade défensive et un jeune gardien de but prometteur.

Avec 28 matchs à disputer (en incluant le match de vendredi soir), Sherbrooke se retrouve plutôt au 13e rang du classement général du circuit Courteau, avec une récolte de 36 points, en vertu de sa fiche de 15 victoires, 19 défaites, quatre défaites en prolongation et deux défaites en fusillade, en 40 parties.

Si le Phoenix peut - et doit - regarder vers le haut afin d'améliorer son sort d'ici la fin de la campagne, il devra aussi jeter un coup d'oeil de temps à autre dans le rétroviseur; en effet, il n'est qu'à deux maigres points d'une exclusion des séries éliminatoires.

Les Mooseheads d'Halifax, qui occupent le 17e rang, montrent 34 points au compteur, soit une seule victoire de moins. Acadie-Bathurst, Blainville-Boisbriand et Charlottetown se situent aussi entre Sherbrooke et Halifax.

Un peu plus haut, les Sherbrookois ne sont devancés par Drummondville que par un seul point. Mais là où la pente est plus dure à escalader, ce sont les 13 points qui séparent Sherbrooke du huitième et dernier rang au classement permettant ainsi d'amorcer les séries éliminatoires à domicile.

Il y a certes encore beaucoup de hockey à jouer d'ici là, mais les joueurs du nouvel entraîneur-chef Stéphane Julien ont du pain sur la planche pour les prochaines semaines.

D'ailleurs, le mois de janvier sera un indicateur intéressant de ce que le Phoenix a dans le ventre; les quatre prochains matchs de l'équipe seront disputés contre les deux formations de l'Abitibi, deux formations qui font partie du top-4 de la LHJMQ.

Et de tous ces matchs à disputer en janvier, seulement un le sera contre une formation qui n'affiche pas au moins un rendement de 0,500, soit les Voltigeurs de Drummondville.

Une lourde commande vous dites?

Est-ce que l'addition des anciens capitaines Chapados et Halbert aura l'effet escompté sur l'ensemble des troupes?

Les yeux sur Fitzpatrick

Si le Phoenix veut faire un bond de quelques places au classement, il devra compter sur les prouesses de son gardien Evan Fitzpatrick. Et en ce sens, l'échange envoyant Alexandre Lagacé à Rimouski fournira au jeune homme de 17 ans toutes les chances de se faire valoir, lui qui est admissible au repêchage de la LNH en juin prochain à Buffalo.

Son gabarit et ses bonnes habiletés athlétiques font de lui l'un des joueurs les plus épiés; ils sont nombreux les recruteurs des équipes de la LNH à venir s'asseoir au Palais des sports pour le voir jouer.

Comme l'a dit Stéphane Julien en marge de la fin de la période des transactions, Fitzpatrick devra être plus constant dans ses prestations.

Avec 31 matchs à son actif jusqu'ici cette saison, Fitzpatrick présente sensiblement les mêmes statistiques que lors de toute sa saison recrue; sa moyenne de buts alloués (3,41 contre 3,35 cette année) et son pourcentage d'efficacité (0,884 contre 0,896 cette année) sont très similaires, ce qui le place dans le milieu de peloton au classement des gardiens, pour les deux catégories.

Le jeune homme a maintenant la balle dans son camp et son rendement personnel aura un impact direct sur les résultats de l'équipe.

Si le Phoenix veut conclure la saison en force, progresser au classement et faire un bout en séries, Evan Fitzpatrick devra être à son mieux.

Car s'il accorde en moyenne 3,35 buts par match, ses coéquipiers n'en marquent en moyenne que 3,4 à chaque rencontre. La marge de manoeuvre est mince.

Voilà malgré tout un portrait qui annonce une fin de saison plus qu'intéressante à Sherbrooke...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer