Construire pour le futur

Les Gaiters toujours à la recherche d'une première victoire cette saison

La recrue Noémi Hamel-Petit et les Gaiters de... (IMACOM, FRÉDÉRIC CÔTÉ)

Agrandir

La recrue Noémi Hamel-Petit et les Gaiters de Bishop's apprennent à la dure cette saison.

IMACOM, FRÉDÉRIC CÔTÉ

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Pascal Morin

Parfois, il vaut mieux accorder davantage d'importance au processus qu'au résultat. Voilà un leitmotiv approprié pour l'équipe féminine de basketball des Gaiters de l'Université Bishop's, qui n'a pas encore savouré le goût de la victoire cette saison.

Après la campagne 2012-2013, alors que sa formation n'avait pas signé un seul gain au sein du circuit universitaire du Réseau du sport étudiant, l'entraîneur Alex Perno a décidé de faire table rase et de rebâtir à partir de jeunes joueuses. Le moins que l'on puisse dire, c'est que depuis, le chemin s'avère long et tortueux pour les Sherbrookoises.

Ces dernières ont en effet subi 16 défaites en autant de sorties l'année dernière, et huit en huit rencontres cette saison. Jusqu'ici, elles ont accordé deux fois plus de points (589) qu'elles en ont marqué (301).

« L'équipe est presque exclusivement formée de joueuses de première ou de deuxième année et plusieurs proviennent du collégial AA (deuxième division). La marche est très haute pour elles, explique celui qui en est à sa 6e saison à la barre des Gaiters. Les filles doivent apprendre sur le tas, ce qui rend les choses difficiles. Elles n'ont pas de joueuses d'expérience pour les aider à bien réagir sur le terrain.

« Le recrutement n'est vraiment pas facile non plus depuis quelques années à Bishop's », ajoute-t-il en rappelant que cette reconstruction douloureuse était nécessaire afin de changer la mentalité de l'équipe.

Changer de mentalité

Même si le processus d'apprentissage est pour le moins pénible, les protégées d'Alex Perno ne désespèrent pas. Depuis le début de la saison, la recrue Noémi Hamel-Petit développe notamment ses habiletés de meneuse de jeu, elle qui était pourtant employée à la position d'ailier durant son parcours collégial. Elle marque en moyenne 6,2 points par match, soit la meilleure moyenne de l'équipe.

« Je ne peux pas cacher que c'est difficile pour moi cette année étant donné que j'arrive du AA et que je dois en plus m'adapter à ma nouvelle position, admet la Magogoise. Mais j'ai la chance de jouer dès ma première année alors c'est à moi d'élever mon jeu.

« Ce n'est pas toujours facile de se motiver parce qu'on ne gagne pas. Nous jouons davantage pour ne pas perdre par beaucoup que pour gagner. Il faut changer notre mentalité et continuer de travailler », enchaîne l'étudiante en psychologie en assurant que l'atmosphère demeure saine dans le vestiaire.

Et la victoire, on y croit toujours? « C'est sûr qu'on va essayer! » lance fermement Hamel-Petit.

« Ce serait plaisant d'en gagner au moins une d'ici la fin de la saison, mais notre objectif demeure principalement de compétitionner et de bien réagir à ce que nos adversaires nous présentent durant nos matchs », termine Alex Perno.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer