Dernier tour de piste pour Richard Crevier

L'entraîneur-chef de l'équipe d'athlétisme de l'UdeS prendra sa retraite au printemps

Richard Crevier prendra sa retraite après 30 années passées... (IMACOM, MAXIME PICARD)

Agrandir

Richard Crevier prendra sa retraite après 30 années passées à diriger les athlètes du Vert & Or de l'Université de Sherbrooke.

IMACOM, MAXIME PICARD

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pascal Morin

Dans son bureau, Richard Crevier conserve précieusement quelques trophées remportés par ses athlètes au fil des ans. Sur ses murs, on peut voir des photos et des plaques souvenirs de compétitions importantes où cette légende de l'athlétisme québécois et canadien a mené ses troupes au cours des 30 dernières années. Dans ce bureau du troisième étage du Centre sportif de l'Université de Sherbrooke, c'est l'histoire du Vert & Or qu'on peut voir. Qu'on peut sentir.

Après une carrière de 47 ans comme entraîneur, dont 30 en tant qu'entraîneur-chef de l'équipe d'athlétisme de l'UdeS, Richard Crevier vient d'agripper le témoin pour un dernier tour de piste. La saison 2015, qui débutera officiellement le 10 janvier prochain là où tout a commencé en 1985 (sur la piste d'athlétisme du pavillon Univestrie, inclinée à l'époque), sera sa dernière.

« Je me considère chanceux. Je profite pleinement de chaque moment de cette dernière saison parce que j'ai la chance d'avoir un adjoint, Vincent Paquet, qui fait la majorité du travail administratif. Je me concentre sur ce qui se passe sur le terrain et c'est d'ailleurs ce que j'ai toujours préféré faire. Être sur le terrain avec les athlètes, c'est ce qui m'a motivé durant toute ma carrière », confie d'un ton serein l'homme de 64 ans.

Par hasard

Cette passion pour les athlètes et l'athlétisme, Richard Crevier l'a développée un peu par hasard, lui qui a découvert la discipline dans un high school à Seattle, dans l'État de Washington, où son père l'avait inscrit.

« Quand j'étais jeune, j'étais un joueur de basketball et de football. Mais lorsque mon père, qui était dessinateur industriel pour Canadair, a été prêté à des compagnies américaines, j'ai dû déménager aux États-Unis où j'ai été initié à l'athlétisme. Ce sport faisait partie du curriculum scolaire là-bas et j'y ai pris goût, raconte-t-il. De retour au Québec, à la fin de mon secondaire, j'ai commencé à être entraîneur parce qu'il manquait parfois de professeurs qui pouvaient enseigner l'athlétisme. »

Ainsi, de fil en aiguille, le jeune spécialiste a été embauché comme entraîneur d'athlétisme aux terrains de jeu de Sainte-Thérèse dans les Laurentides. Il a ensuite cofondé une association régionale et le désormais très réputé Club Corsaire Chaparal, avant d'être nommé directeur technique de la Fédération québécoise d'athlétisme en 1980. Cinq ans plus tard, il déménageait ses pénates à Sherbrooke.

Dynastie Vert & Or

Dès sa première saison à la barre du Vert & Or en 1985, Crevier a mené ses troupes aux titres québécois féminin et masculin. En 30 saisons, c'est exactement 30 titres provinciaux que les formations de l'UdeS ont remportés (17 chez les hommes et 13 chez les femmes). Les hommes ont mis la main sur cinq titres canadiens durant la même période (1996 à 1999 et 2007). On peut ici parler d'une dynastie.

« J'ai eu beaucoup de bons moments durant ma carrière et les meilleurs ont été avec mes athlètes, affirme l'entraîneur. Si l'on s'arrête aux résultats, le premier championnat national remporté en 1996 est sans doute celui qui est le plus mémorable. Encore aujourd'hui, il n'y a aucune autre université québécoise qui a remporté de championnat national en athlétisme ou en cross-country. Réussir quelque chose qui n'avait jamais été fait m'a rendu très fier. »

Au niveau de la fierté, Crevier pourrait se bomber le torse de plusieurs autres réussites, notamment d'avoir participé à trois Jeux olympiques (1984 à Los Angeles, 1992 à Barcelone et 2000 à Sydney) et d'avoir remporté un autre titre canadien universitaire, cette fois en cross-country. C'est plutôt de ses réalisations au niveau humain qu'il retire le plus de satisfaction.

« J'ai été formé en éducation physique donc j'ai toujours approché mon travail en tant qu'éducateur. Mon objectif a toujours été d'aider les jeunes à se développer en tant qu'athlètes, mais aussi en tant que personnes. J'espère avoir eu un impact positif sur la vie de plusieurs personnes au cours de ma carrière », lance-t-il avec philosophie.

Des regrets?

« J'ai le sentiment du devoir accompli. Le travail a été fait, le programme et nos entraîneurs sont reconnus partout au pays. Ceci dit, je regrette que le sport amateur ne soit pas davantage reconnu dans notre société et dans nos institutions d'enseignement. »

Encore et toujours à la conquête des titres

Pour sa dernière saison à la tête du Vert & Or, Richard Crevier n'a pas l'intention de voir son équipe ralentir, au contraire! L'entraîneur sherbrookois souhaite en effet ravir les titres provinciaux féminin et masculin au Rouge et Or de l'Université Laval, qui a réalisé le premier doublé de son histoire l'hiver dernier.

Le retour de plusieurs vétérans et l'arrivée de recrues prometteuses lui permettent de croire aux chances de sa formation de reprendre le haut du pavé. Du côté masculin, le médaillé d'or au lancer du poids au dernier championnat de Sport interuniversitaire canadien (SIC), Marc-Antoine Lafrenaye-Dugas sera sans aucun doute la tête d'affiche.

« Nous aurons une équipe compétitive d'un calibre semblable à la saison dernière, affirme Crevier en rappelant que la formation masculine a pris le 4e rang au championnat de SIC en mars dernier. Ça ne sera pas facile de répéter parce que nous avons des athlètes qui peuvent aspirer à des médailles au niveau canadien, mais notre volume est moins important que par le passé. »

En plus de Lafrenaye-Dugas, qui en sera à sa troisième saison à l'UdeS, le Vert & Or pourra compter sur le retour de Mathieu Sturkenboom, médaillé de bronze au 600 mètres au championnat de SIC en 2014 ainsi que sur les sprinteurs Simon Léveillé et Gabriel Slythe-Léveillé, médaillés de bronze avec l'équipe du relais 4 X 200 mètres. Vincent Lanctôt-Reeves, champion canadien junior aux épreuves combinées, ajoutera de la profondeur au groupe, lui qui fera ses débuts à Sherbrooke.

Du côté féminin, l'arrivée de la sprinteuse et spécialiste du saut en longueur Laurence Beaudet pourrait permettre aux Sherbrookoises d'améliorer leur 11e position au niveau national obtenue en 2014. Elle sera notamment accompagnée de Marie-Ève Jacques, surtout reconnue en tant qu'attaquante vedette de l'équipe féminine de soccer.

« Laurence a complété son baccalauréat à l'Université de Montréal et elle a décidé de venir terminer sa carrière ici puisqu'elle a toujours été près de notre équipe. L'année dernière, elle a été médaillée de bronze au 60 mètres ainsi qu'au saut en longueur au championnat canadien. Son arrivée va beaucoup nous aider, souligne l'entraîneur-chef. De son côté, Marie-Ève Jacques va être encore meilleure que l'année passée parce qu'elle a commencé l'entraînement en même temps que tout le monde cette saison. Elle sera à surveiller sur toutes les distances au sprint. »

Le coup d'envoi de la saison est prévu pour le 10 janvier prochain, alors que les athlètes de partout au Québec ont rendez-vous à l'Invitation Vert & Or au pavillon Univestrie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer