Fin de saison extraordinaire des Alouettes de Montréal

André Bolduc n'a jamais douté

De retour avec les Alouettes comme membre du...

Agrandir

De retour avec les Alouettes comme membre du personnel entraîneur, l'ancien instructeur du Vert & Or André Bolduc a gardé la foi en ses Oiseaux malgré le début de saison catastrophique.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pascal Morin

Au plus fort de la tempête, lorsque l'amateur le plus endurci n'aurait même pas gagé un vieux deux sur les chances des Alouettes de Montréal de participer aux séries éliminatoires de la Ligue canadienne de football, André Bolduc, lui, gardait confiance. En son équipe, mais aussi en ses chances de conserver son nouvel emploi.

Après un début de saison cauchemardesque où les Moineaux n'avaient signé qu'une seule victoire en huit rencontres, plusieurs commençaient à parler de la nécessité d'effectuer un grand ménage au sein du personnel d'entraîneurs. À l'interne, pourtant, tout le monde gardait son calme, souligne l'ancien entraîneur-chef du Vert & Or de l'Université de Sherbrooke, maintenant adjoint à l'attaque à Montréal.«Honnêtement, Jean-Vincent (Posy-Audette, ancien coordonnateur défensif du Vert & Or) et moi avons toujours été confortables dans notre position, malgré les difficultés. Notre parcours à Sherbrooke nous a beaucoup aidés à garder le cap, assure Bolduc. Nous avons eu des moments où c'était moins facile avec le Vert & Or alors que nous avions des équipes jeunes, moins établies. Nous avons pourtant réussi à remonter la pente et être compétitifs. Comme joueurs professionnels, nous avons aussi vécu des situations similaires.

«Jamais nous n'avons douté de la qualité de notre travail et personne ne l'a remis en doute, enchaîne-t-il. Nous ne nous sentions pas sous haute évaluation et ça nous a permis d'oeuvrer avec un stress de moins sur les épaules. Nous savions qu'à un moment donné, les choses se mettraient en place et que ça débloquerait.»

La direction des Alouettes a effectué plusieurs changements en début de saison afin de remettre la saison de l'équipe sur les rails, remerciant notamment l'entraîneur des receveurs Erik Campbell et embauchant l'ancien quart-vedette Jeff Garcia pour superviser le travail des pivots.

«Nous avions des problèmes, dont certains étaient chroniques et qui étaient présents l'année dernière, dont au niveau des receveurs de passe. Ce n'est jamais plaisant de voir des entraîneurs se faire montrer la porte de sortie, mais la direction a pris les bonnes décisions», affirme André Bolduc.

«Tom est en train d'établir les choses, ça prend un certain nombre de semaines pour y arriver. Je suis content que la direction lui ait donné l'opportunité de le faire. Et maintenant, ça commence drôlement à ressembler à l'équipe qu'il souhaite avoir sous la main», ajoute-t-il.

Point tournant : l'arrivée de Crompton

Le point tournant de la présente saison est sans aucun doute la blessure au quart Troy Smith qui a forcé l'entraîneur-chef Tom Higgins à faire confiance à Jonathan Crompton, réclamé au juillet après avoir été libéré par les Eskimos d'Edmonton. Depuis l'arrivée de l'ancien des Volunteers de l'Université du Tennessee, les Alouettes présentent une fiche de 7-1.

«Le procès de Smith sera sans doute fait après la saison. L'important du point de vue des entraîneurs, c'est que nous lui avons donné la chance de se faire valoir. Il a eu le ballon dans les mains à tous les jeux durant sept matchs. À la conclusion, nous avions une fiche de 1-6», exprime le Sherbrookois.

Une saison de 10 matchs

Lorsque les Montréalais étaient près du fond du baril, Higgins et ses adjoints ont pris le pari d'aborder les 10 derniers matchs du calendrier régulier comme s'il s'agissait d'une nouvelle saison. Une idée qui a bien été accueillie par les joueurs et qui a porté ses fruits.

«Nous avons dit aux gars d'oublier le début de saison et de penser en fonction des 10 prochains matchs, comme si les compteurs étaient remis à zéro, raconte Bolduc. Avec le retour de Bear Woods qui a repris sa place comme secondeur, notre défensive s'est mise à jouer du gros football pour nous, ce qui a permis à l'attaque de s'établir lentement.

«Depuis le début de cette mini-saison, notre avons une fiche de 8-1! ajoute-t-il. Quand nous parlons de notre saison à l'interne, nous parlons de cette fiche-là et non de l'autre. De cette façon, tout le monde est en confiance à l'aube des séries éliminatoires.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer