Lily K.O. : nous, on est dans le vent

Raf Rioux et Sélène Bérubé écrivent dans la... (Courtoisie)

Agrandir

Raf Rioux et Sélène Bérubé écrivent dans la marge de leurs principaux projets musicaux respectifs avec Lily K.O.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Raf Rioux fournit depuis dix ans le groupe sherbrookois Jaune en festifs hymnes propres à boire une tasse et à danser bras dessus, bras dessous. Avec Lily K.O., le guitariste oxygène ses mélodies grâce au vent frais d'une pop électro conjurant la damnée lourdeur du temps qui passe.

Dans La logeuse, deuxième roman célébré par la critique d'Éric Dupont, une jeune femme baptisée Rosa quitte sa gaspésienne région natale pour Montréal. Son objectif : y retrouver le vent qui, curieusement, sans que personne ne sache pourquoi, a déserté son village de Notre-Dame-du-Cachalot. « Tu regardes l'éolienne qui ne souffle plus depuis des semaines/Tu souffles, souffles pour repartir le vent », chante pour sa part Sélène Bébubé dans le refrain de L'éolienne, dernière chanson du premier album de Lily K.O., Le chaos et le temps.

« Tout au long du roman, Rosa se démène pour, oui, repartir le vent, mais elle se démène aussi pour autre chose de plus grand. Le vent, c'est une métaphore », analyse Raf Rioux, l'autre moitié du duo, en confiant s'être inspiré du livre à haute teneur sociale de Dupont en écrivant cette invitation à ne pas attendre, pour se mettre en marche, que la brise nous dépeigne les cheveux. Il faut parfois savoir, pour ainsi dire, se souffler soi-même dans le dos. Sélène renchérit : « C'est une chanson qui appelle au changement. On aimerait qu'il y ait plus de gens qui se mettent ensemble pour pousser dans le même sens, pour que les choses bougent. C'est une chanson sur la solidarité. »

De mouvement, de changement d'air, de bouffée d'oxygène, Raf Rioux-le créateur en avait bien de besoin. En mai dernier, Jaune, le groupe néo-trad-folk auquel il fournit la vaste majorité de ses refrains et au sein duquel il gratte la guitare, célébrait ses dix ans en faisant paraître le tome 2 de L'espace des jours. Réjouissante marque franchie que cette décennie, oui, mais qui, non, ne vient pas sans son lot de désirs d'aller voir ailleurs comment ça se passe.

Enfermé d'abord pour le plaisir dans un studio en compagnie du réalisateur Ludo Pin, le Sherbrookois drape de nouveaux arrangements électro-pop ses chansons, les habille à l'aide d'instruments qui dépareilleraient drôlement un album de Jaune. Exit le violon et la mandoline, bienvenue aux claviers, aux boîtes à rythmes et au ukulélé.

Sélène, claviériste du groupe rock ascendant glam Ariel, se pointe bientôt dans leur bunker pour passer une audition. « Il n'y a pas eu de deuxième audition », lance Raf. Comprendre : il venait de trouver la voix en compagnie de qui il tromperait Steffy de Jaune. « Mais, précise-t-il en rigolant, en musique, l'infidélité a des vertus qu'elle n'a pas forcément en amour. »

Polaroid plus que court-métrage

Alors qu'au sein de Jaune Raf Rioux aime à raconter les veines et déveines de sa génération ou tenir la chronique des petites vies que mènent les truculents personnages qui peuplent nos villes, le musicien troque en compagnie de Sélène (qui cosigne texte et musique) ce storytelling pour une succession plus impressionniste de flashes éclairant le quotidien. Rioux demeure néanmoins obsédé, comme chez Jaune, par l'encroûtant effet du temps qui passe.

« On est effectivement plus dans le polaroid que dans le court métrage », suggère-t-il. Et on est, côté musique, dans ce genre d'oxygénantes ritournelles dont une compagnie de téléphonie mobile s'emparera sans doute bientôt afin d'en tapisser une de ses publicités.

À tous ceux qui, à l'instar de l'auteur de ces lignes, se demandait si ce nom, Lily K.O., était un hommage au défunt groupe électro-trip-hop, Lili Fatale, la réponse va comme suit : non. « Lily K.O., c'est notre mascotte. C'est un personnage qui vient piger dans nos idées respectives et qui fait tourner la fabrique à chansons. » Autrement dit : Lily K.O., c'est le nom de l'éolienne qui alimente... Lily K.O.!

À retenir

Lancement de l'album Le chaos et le temps

Mercredi 30 septembre à 17 h

Le Tapageur (83, rue King Ouest)

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer