L'amour fait mal?

Mara Tremblay raconte sa rencontre avec un amour... (Archives, La Presse)

Agrandir

Mara Tremblay raconte sa rencontre avec un amour simple sur son plus récent album, À la manière des anges, qu'elle présente samedi au Boquébière.

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

L'amour véritable fait-il forcément mal? C'est l'éternelle question qui traverse depuis quinze ans les chansons de Mara Tremblay et à laquelle elle propose enfin une réponse sur son plus récent album, À la manière des anges.

« Ça me sort du corps, ça me fait mal, je t'aime trop / Es-tu aussi épris de moi, je l'sais pas trop / Ça explose, ça implose, c'est-tu ça le bonheur / Quand ça te pogne à la gorge, que ça étourdit », s'interrogeait Mara Tremblay dans Les aurores, classique instantané de son album Papillons (2001). La grande dame du country d'orfèvre parvenait alors à nommer grâce à sa poésie sans fioritures l'ivresse que l'incertitude confère parfois à l'amour-montagnes-russes, vous savez, celui qui nous ballotte entre la détresse, l'apaisement et l'exaltation. Maudit que c'était beau et maudit que ça faisait mal. Le feu effleurait les amants et menaçait aussi de les avaler tout rond.

Une douzaine d'années plus tard, c'est un peu comme si Mara Tremblay répondait sur son plus récent album, À la manière des anges, aux lancinantes questions que se posait la jeune femme transie de passion et d'angoisse qu'elle a déjà été.

Elle a beaucoup changé, Mara, et déjà cette voix élégamment éthérée, dont a presque complètement été évacuée l'éraflure qui la caractérisait, suggère une sérénité nouvelle. Mais malgré tout subsiste toujours un rien de la crainte qui la tétanisait jadis. Il y a encore chez elle une méfiance face à l'amour sans déchirement. « On a le feu pogné en d'dans / Alors dis-moi pourquoi j'ai peur », chante-t-elle aujourd'hui doucement dans Les dentelles du cygne, en mettant le doigt sur cet étrange sentiment qui s'empare des abonnés à la mélancolie lorsque le bonheur pur cogne à la porte.

« Je pense que c'est assez commun comme feeling, avance-t-elle. On est attirés par ce qui est plus difficile et on se dit : "Moi, je vais réussir, avec moi ça va marcher." On cherche quelque chose qu'il faudra forcer. Mais tu vois, maintenant, je suis vraiment en paix. On dirait qu'avant de rencontrer cet amour que je vis présentement [avec son guitariste de chum, Sunny Duval], j'ai accepté que ça se pouvait, la non-difficulté. C'est la maturité qui a fait ça. Il a fallu que je me casse le nez souvent pour accepter de recevoir ça. Les dentelles du cygne, c'est une chanson sur le lâcher-prise. J'ai réalisé qu'on a le droit d'être bien. »

Et tu lui dirais quoi à la Mara des Aurores si tu la croisais? « Je lui ferais un clin d'oeil. Il faut vivre pour apprendre. Il n'y a pas d'autres moyens. C'est cet amour-là, cet amour impossible, qui a donné mes trois premiers albums. Je lui dirais : "Continue man, un jour tu vas connaître autre chose et tu vas être ben heureuse." »

Quelque chose de beaucoup plus grand que soi

Répétons-le, puisque le changement est notable et remarquable : une rayonnante sérénité irradie tout le nouvel album de cette Mara Tremblay apaisée, que l'on observe avec enchantement retrouver une innocence perdue, presque enfantine. Elle parsemait déjà beaucoup ses chansons du mot lumière, mais le chantait souvent sur le ton de celle qui attend dans le noir. Elle le prononce encore beaucoup ce mot, mais désormais sur le ton de celle qui ajuste tranquillement son regard au grand soleil qui resplendit sur sa vie.

Il en faut de la sérénité, il faut être en paix avec son passé, pour demander « Veux-tu sortir avec moi? » à un ancien amoureux, comme elle le fait dans la guillerette Aurait-il plu. « Mon plus jeune fils est au primaire et ils sont encore dans ces formules-là. Ça m'amuse tout le temps. Ça me rappelle l'époque où j'écrivais ça sur un papier avec deux cases : oui ou non. Dans Aurait-il plu, c'est de l'amitié après l'amour dont il est question. Qu'est-ce qui advient de quelqu'un que tu as aimé? Je trouve ça assez poétique de poser cette question-là, sans sous-entendu charnel, une fois que l'amour est terminé : Veux-tu sortir avec moi, veux-tu qu'on prenne le temps de se parler de nous? »

Et faire L'amour à la manière des anges, comme tu nous le conseilles dans la chanson du même nom, ça veut dire quoi au juste? « Ça veut dire ne plus sentir la gravité, s'abandonner complètement, toucher à quelque chose de beaucoup, beaucoup plus grand que soi. C'est avoir l'impression d'être visité par une entité que tu ne connais pas et qui est magique. C'est une rencontre qui n'arrive pas souvent dans une vie. »

On se la souhaite tous.

Mara Tremblay en spectacle

Ce samedi 28 mars dès 21 heures

Au Boquébière

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer