Au revoir Monsieur Lecours!

Sylvain Lecours... (Photo Hani Ferland)

Agrandir

Sylvain Lecours

Photo Hani Ferland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Hani Ferland

Alors que mars s'apprête à prendre d'assaut les calendriers, il y a Sylvain Lecours qui vise la sortie du Musique Cité.
Le disquaire indépendant de la côte King prend le large, laissant l'entreprise entre bonnes mains : celles de Jean-François Ouimet, au comptoir du magasin depuis déjà sept ans. J'aimerais donc profiter de ma tribune ici pour saluer bien bas Sylvain. Et lui dire bravo aussi. Bravo pour ses 23 années de service dans un marché vraiment moins rose qu'il ne le fût à une certaine époque. Bravo pour sa persévérance et pour son appui à la scène locale.
Bye Sylvain! Bon repos, et merci!

Julie blanche

Julie Blanche

Coyote Records

Il y a une brise hivernale qui traverse le premier album de Julie Blanche. Quelque chose de ouaté, de vaporeux. Une poudrerie musicale toute en finesse.

Si les délicates chansons sont signées musicalement par Antoine Corriveau, c'est surtout par la voix claire de Julie Blanche qu'on se laisse bercer; une voix qui, par moments, évoque celles de Salomé Leclerc, de Marie-Pierre Arthur ou d'Ariane Moffatt. On est dans le registre vocal du limpide, du cristallin. Une voix ténue, toute en fragilité.

Et il y a ce spleen aussi. Bien présent sur l'opus sans toutefois trop l'alourdir. Du aigre-doux.

Julie Blanche se révèle donc au grand jour après avoir terminé deuxième à la finale des Francouvertes 2014. Et c'est de toute une équipe qu'elle s'est entourée pour la création de son disque : Mathieu Charbonneau à la réalisation (Avec pas d'casque, Timber Timbre), Mark Lawson au mixage (Arcade Fire), Pietro Amato au cor français (Bell Orchestre, Torngat), Cédric Dind-Lavoie à la basse (Jorane), Stefan Schneider à la batterie (Thus Owls) et Antoine Corriveau aux guitares et à la voix.

Notons aussi la griffe de Stéphane Lafleur (Avec pas d'casque) pour la pièce La vie facile qui clôt de façon toute cozy l'album.

Impossible de rester de glace devant la mélancolie douce qui émane de l'ensemble des 10 pièces de l'album de Julie Blanche.

Michel-Olivier Gasse et Chantal Archambault... - image 2.0

Agrandir

Michel-Olivier Gasse et Chantal Archambault

Quelque chose de beau

J'ai tendu l'oreille vers un teaser envoyé dans ma boîte courriel. Quelque chose de prometteur. Quelque chose de beau qui sonne doux comme une berceuse pour grande personne : Saratoga.

Saratoga, c'est le nouveau projet musical qui unit Chantal Archambault et Michel-Olivier Gasse.

On promet des chansons pigées dans leurs répertoires respectifs, des nouvelles compositions, des histoires et des reprises coup de coeur.

Un premier extrait devrait voir le jour sous peu. J'ai ben hâte.

Par ailleurs, Chantal Archambault travaillerait actuellement à un troisième album (ça, c'est oui).

Quant à Michel-Olivier Gasse, bassiste aux côtés de Chantal Archambault, mais aussi de Vincent Vallières depuis des années en plus de tenir les rênes dans son groupe Caloon Saloon, on pourra fort probablement le voir en scène, basse à la main, au côté de Dany Placard de passage le 7 mars au Boquébière.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer