De jazz et de folk

Emie R Roussel... (Archives, La Presse)

Agrandir

Emie R Roussel

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Hani Ferland

Le Emie R Roussel Trio présentera son nouvel album, Quantum, le 10 février prochain. Enregistré au Studio 12 de Radio-Canada, l'opus offre un jazz saucé au groove qui se déguste comme un bon vin. Le disque se pare de neuf compositions originales signées par la pianiste Emie R Roussel. Elle laisse également sa griffe sur les arrangements, en collaboration avec ses acolytes Nicolas Bédard (contrebasse, basse) et Dominic Cloutier (batterie). Quatre interludes figurent aussi au programme.
Tout juste nommé Révélation Radio-Canada jazz 2014-2015, le Emie R Roussel Trio est de passage au Théâtre Centennial le 5 février.

Olivier Brousseau

La ligne du temps

Olivier Brousseau fête ses 15 ans de carrière musicale cette année. Et à lire son dossier de presse, on réalise qu'il a roulé sa bosse avec pas mal de monde au cours des années : de Vincent Vallières à Plume; de Paul Piché à Zachary Richard. Brousseau a aussi joué sur à peu près toutes les scènes du Québec, fait tous les festivals de la province et il est allé se faire voir quelques fois à l'international.

Son aventure musicale se poursuit avec le lancement d'un cinquième album le 10 février prochain à la Salle du Parvis.

La ligne du temps mélange habilement folk, country, bluegrass et musique trad, un style qui colle à la peau du prolifique auteur-compositeur-interprète. Parce qu'outre sa carrière solo, Brousseau swigne la compagnie au sein de plein de formations trad : le Trio des Cantons, le Bal à l'huile et Musique à bouches. À croire que Brousseau est tombé dans le folklore quand il était petit.

Chanteur d'histoires, Brousseau avec La ligne du temps esquisse quelques textes de son cru qui font sourire et émeuvent. Également à la plume, on note la signature du regretté Yves Boisvert pour la pièce O'Mary Rose (magnifique chanson), de même que celles de Sylvain Manceau, Jean-François Létourneau et Jean-Paul Guimond. Soulignons enfin la collaboration de Stéphanie Blanchette (Jaune), des membres de Musique à bouches et du violoniste André Brunet.

Avec en plus les cordes de banjo, les coups de pieds du podorythmiste et la gratte acoustique comme figure de proue, La ligne du temps se révèle un disque solide qui fait briller de belle façon le talent de Brousseau.

Tire le coyote

Panorama

La Tribu

Il y a quelque chose de sauvage dans l'oeuvre de Benoit Pinette alias Tire le coyote. Le cri d'un canin esseulé de sa meute par soir de pleine lune. Une fougue fragile, un doux râlement. Parce que c'est par sa voix singulière que se transmet toute la beauté dans l'art de Pinette. La voix et la poésie. Quelque chose de profond. De ben beau.

Avec Panorama, on sillonne le folk en s'accotant parfois comme il faut sur les épaules du country. Se mélangent harmonieusement à la guitare acoustique, la basse et le drum : lapsteel, harmonica, violon et clarinette qui apportent profondeurs au son. L'album a été enregistré au Studio Victor à l'ancienne, c'est-à-dire sur bandes analogiques. Tant qu'à faire du bon.

Notons la collaboration de Stéphane Lafleur (Avec pas d'casque) pour le texte de la très belle chanson Les chemins de serviettes./////

Tire le coyote sera sur la scène du Théâtre Granada le 6 mars prochain.

Tu veux y aller.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer