Belles évolutions

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Hani Ferland

Hani Ferland et la musique, c'est une seule et même entité. Enfin presque. Quand elle jase musique, y a pas de fausses notes...

Union General

12 notes to satisfy the whole world

A Billion Records

D'emblée, je dois admettre que les gars de Union General - Stéphane Messier, Karl Schmitz et Yoan Schmitz - sont des amis. C'est donc un brin difficile pour moi de rester objective.

Ce que je peux dire de rationnel, c'est que le compositeur du groupe (et aussi claviériste-bassiste-chanteur) Stéphane Messier est un véritable boulimique musical, une encyclopédie de la toune obscure et que, forcément, ça n'a pas le choix de teinter positivement ses mélodies.

12 notes to satisfy the whole world m'apparait comme une nouvelle maturité musicale pour UG. Comme si deux ans et demi après la sortie de leur premier opus, les gars avaient pris du galon et de l'assurance dans leur son. Les horizons se sont élargis. On ressent moins la très grande influence Beatlesque qui accompagne toujours un peu Messier dans ses compositions, notamment au niveau des choeurs.

Les voies se sont ouvertes vers un côté plus soul qui donne une belle richesse aux nouvelles compositions tout en surfant sur une pop intelligente. Il reste quand même bien difficile de définir nettement le son du trio. Si All I've got fait penser très fort à Eels, le premier extrait Get out of the room s'aventure plutôt dans une avenue rock and roll. What am I gonna do charme par son mood très R&B avec l'utilisation sensuelle de l'orgue, de la ligne de basse parfaitement groovy et de, OH JOIE! l'emploi du saxophone qui rajoute un kitsch assumé et juste parfait. Enfin, Hello Again se mérite un A+ parce qu'on pourrait danser un plain dessus. Un vrai de vrai là, à la Crimson and Clover de Tommy James & The Shondells.

Quelques collaborateurs musicaux ont laissé leurs marques sur le nouveau UG, notamment Sylvain Lussier (Harvest Breed), Louis-Jean Trudeau (Stéréosaure) et Alexandre Mongeon au saxophone. Fun fact : la photo de la pochette est signée Félix Bouchard, premier guitariste de la formation.

Je ne suis peut-être pas la plus objective pour parler du nouveau record de Union General, mais il reste indéniable que le trio a fait ici un excellent album duquel il peut être franchement fier.

Le lancement aura lieu le 25 octobre au Boquébière.

Guillaume Beauregard

D'étoiles, de pluie et de cendres

La Tribu

À lire les paroles des chansons se trouvant sur le premier album solo de Guillaume Beauregard, chanteur des Vulgaires Machins, on voit pas grand lumière émaner de l'ensemble.

Déception, amertume : les textes plutôt sombres et très personnels de Beauregard dardent au coeur. Heureusement que l'amour s'en mêle et vient jeter un rayon de lumière sur la grisaille.

Musicalement, les dominances folk sont joliment étoffées par une belle orchestration dans laquelle vient s'insérer des notes de trompettes tout en douceur. Au chapitre des collaborations, notons entre autres le réputé Gus Van Go (ancien Me Mom & Morgentaler sur qui tu avais un solide kick en secondaire 2) à la basse et à la réalisation de l'album, de même que la présence vocale de son acolyte de toujours, Marie-Eve Roy, sur la très belle pièce Indemne.

Guillaume Beauregard présente ici un disque sans fausses notes. Poignant, intime : dans mes coups de coeur de l'année.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer