Le talent foisonne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Hani Ferland

Hani Ferland et la musique, c'est une seule et même entité. Enfin presque. Quand elle jase musique, y a pas de fausses notes...

Les Duos Improbables 2

Les disques de La Tribu

L'idée était parfaite : accoupler des voix pour le bénéfice des Impatients, un organisme ayant pour mission de venir en aide aux personnes atteintes de problèmes de santé mentale par le biais d'atelier de créations artistiques.

Si parfaite l'idée, que les disques de La Tribu ont décidé de faire paraitre une suite aux Duos improbables pour le réel plaisir de nos oreilles.

Des duos surprenants : André Sauvé et David Portelance; Plume Latraverse et Marie-Michèle Desrosiers; Ingrid St-Pierre et Éric Salvail - Ingrid avait d'ailleurs été jumelée aux Denis Drolet sur le premier tome pour l'estival Le sable et la mer. Clémence Desrochers revient également, cette fois-ci en équipe avec Fred Pellerin.

Si aucune pièce ne laisse indifférent, certaines font vraiment plaisir. Donne-moi ma chance des B.B. reprise par une Lisa Leblanc qui fait aller joyeusement son banjo en compagnie de Patrick Bourgeois s'avère succulente. Marie-Pier Arthur et Ian Kelly, en reprenant L'encre de tes yeux de Francis Cabrel, font monter le moton (promis que tu vas trouver ça beau en cibole). Les Soeurs Boulay en team avec Renée Martel pour reprendre Entre la jeunesse et la sagesse des soeurs McGarrigle en font une version toute intimiste qui donne le frisson.

Alors qu'on voit poindre à l'horizon la grosse fête qu'on appelle Noël, Les Duos Improbables 2 devraient trouver une place de choix en dessous du plus de sapins possible. Pour la cause, oui, mais aussi parce que c'est un excellent disque qui fera assurément plaisir à recevoir.

Marianne Verville

Les jours périlleux

magnifiquement indépendant

Brillante artiste de la parole que la lumineuse Marianne Verville qui vient tout juste de lancer son premier album, Les jours périlleux, après une grosse année de travail d'écriture, de ratures, de slam engagé et d'expérimentations scéniques.

La Sherbrookoise a choisi la voie d'une campagne de socio-financement pour la création de son album. Avec l'objectif d'atteindre 450$ qui serviraient minimalement à embaucher de talentueux musiciens (Jean-François Tremblay, Luc Cloutier, Jesse Ens, Benoit Converset et Simon Landry), elle a réussi à amasser un beau 650$. Génial!

Les jours périlleux s'avère être une fine broderie filée de cinq pièces coup de poing. Cinq textes qui nous mettent en face des réalités souvent pas trop jojo, notamment sur La honte où est abordé le thème d'un quotidien difficile quand le porte-monnaie crie famine. Des textes qui font réfléchir, comme dans la troublante Sans valeur nutritive qui a un goût amer de vérité.

Notons la très belle pochette signée Frédéric Gosselin. « Je trouvais que ça représentait bien le thème général de l'album. Tout ce qui est tellement visible et qu'on finit par ne plus voir. De même que le péril, être sur un fil... » me dira Marianne dans un court échange épistolaire numérique.

Un disque à écouter au casque, souvent, afin de capter toute la richesse des textes de l'artiste.

La copie physique des Jours périlleux (s'il en reste!) sera disponible lors des spectacles de Marianne et chez ArtFocus. On pourra aussi se procurer l'album numériquement en visitant le www.marianneverville.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer