La madame

Hani Ferland. Des fois, Hani Ferland dit des... (SPECTRE MÉDIA)

Agrandir

Hani Ferland. Des fois, Hani Ferland dit des affaires drôles. Des fois.

SPECTRE MÉDIA

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Hani Ferland

« Ok gang, pour la toute dernière édition de La Nouvelle, je vous demanderais d'écrire des voeux. Non, ce n'est pas obligé d'être des voeux de Noël. Oui, ce sont vos derniers mots dans La Nouvelle, à vous de voir ce que vous avez envie de dire au monde... »

Cette demande un peu (beaucoup) crève-coeur est une gracieuseté de ma boss, celle qui s'appelle Sonia Bolduc.

Ma boss qui ne sera plus ma boss après cette dernière édition du journal.

Sonia n'était pas juste ma boss. C'était ZE boss. Avec un grand ZE.

Sonia, c'est la personne que je veux être quand je serai grande. Et elles ne sont pas légions les madames - oui, je viens de qualifier Sonia de « madame ». Oui je joue avec le feu. Oui c'est clair que « crever les pneus de char de Ferland » vient d'apparaitre sur sa to do list - donc les madames, dis-je, qui m'inspirent autant.

Y a qu'elle pour animer des veillées jetset vêtue de ses combat boots aux lacets rouges, munie d'une solide attitude des plus punk et que personne ne s'en formalise. Personne ne s'en formalise parce qu'elle ne s'en formalise pas elle-même. Elle est unique. Elle s'assume. Elle kick ass.

Son aplomb, son calme, sa vision de la vie, sa façon d'avancer dans les grandes tempêtes comme dans les petites réalités du quotidien : tout ça me la rendait extrêmement admirable.

Quand mes repas consistaient à manger du stress et que mes activités physiques se limitaient à faire du grimpage dans les rideaux, So me ramassait par l'épaule et d'une seule phrase, balayait mes angoisses.

Une louve à l'écoute de ses louveteaux.

Une chef de meute qui a su dégotter, avec un flair impressionnant, toute une harde de plumes au talent indéniable.

Fait qu'avant de vous souhaiter des belles affaires à vous lecteurs, je veux que vous compreniez à quel point Sonia était importante dans mon coeur. Mais pas juste dans le mien. Dans le coeur de tous les collaborateurs de La Nouvelle. J'en suis persuadée.

J'en reviens donc aux voeux puisque c'est la commande d'écriture qui m'a été faite.

Pour 2016, je souhaite à tous d'avoir une Sonia dans leur vie. Une personne qui croit en vous, qui vous épaule et vous fait grandir. Une personne qui vous challenge, qui vous démontre votre potentiel. Tout le monde en a de t'ça, du potentiel, mais des fois ça prend une Sonia pour nous le mettre en face des yeux.

Merci Sonia d'être venue me chercher dans ma tanière. De m'avoir donné carte blanche dans mes écrivaillages au sein d'un journal de si grande qualité.

Enfin, au risque que tu égratignes aussi la peinture de mon char avec tes clés : tu es une grande, une très grande madame.

Hani Ferland

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer